Tout sur Christophe Pourtois

Nous révélions dans notre édition précédente que les 5 administrateurs politiques siégeant dans le bureau du CHU de Bruxelles (CHUB) - faîtière regroupant les hôpitaux de la Ville de Bruxelles - se partagent 164.385 euros par an. Contrairement à ce que nous indiquait Michel Govaerts (jdm N°2500), administrateur délégué du CHUB, ils ne sont pas une minorité à toucher une rémunération fixe. Ils sont 4 sur 5.

Souillé depuis des mois par des accusations de manoeuvres douteuses, le conseil d'administration de Brugmann a malgré tout licencié sa directrice générale médicale la semaine dernière. Les circonstances forcent le Dr Hut à attaquer le CHU en justice. Tandis qu'à première vue, les principaux responsables, plus politisés qu'hospitaliers, semblent hors de portée. Récit.

Le conseil médical de Brugmann devait se séparer de Florence Hut ce lundi. Mais, alors que plusieurs cadres appelaient au report de cette procédure douteuse, l'organe décisionnel n'a pas été en mesure de se prononcer. Faute de membres. Suite aux soupçons de collusion, certains médecins auraient préféré en démissionner. Venant ainsi enrayer une machinerie plus politique qu'hospitalière.

Le CHU Brugmann serait le théâtre d'un scandale politique. Une proposition de licenciement a été soumise à l'encontre de la directrice générale médicale à l'issue d'un conseil d'administration inhabituel ce lundi. Le personnel hospitalier s'y était largement mobilisé pour exprimer son soutien envers Florence Hut. La manoeuvre d'évincement servirait notamment les intérêts du bourgmestre de Bruxelles, estime-t-on au sein du corps médical.

Médecine

Porté par le Pr Natzi Sakalihasan, du service de chirurgie cardiaque, vasculaire et thoracique du CHU de Liège, le centre "Raymond Limet Liège Aortic Center" va proposer une structure multidisciplinaire unique en Fédération Wallonie-Bruxelles et reconnue internationalement.

Clinical Update

Article du magazine

La prévalence de l'asthme est toujours en augmentation dans notre pays, et tout particulièrement chez les enfants au nord du sillon Sambre-et-Meuse - la faute en revient sans doute à une densité de population et à un degré de pollution atmosphérique plus élevés. Dans ce contexte, plus que jamais, le choix d'un traitement adapté et la garantie d'un bon suivi sont d'une importance majeure.