Tout sur Traitement innovant

La présentation des résultats de l'étude KEYNOTE-826, menée chez des femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus récidivant ou métastatique qui n'ont pas reçu de chimiothérapie systémique précédemment et qui n'entrent plus en compte pour des traitements curatifs, a marqué le symposium présidentiel de cet ESMO 2021.

L'entreprise française Mablink Bioscience a mis au point une technologie innovante qui permet de développer des conjugués anticorps-médicaments (ADC) de 3e génération contenant des doses plus élevées d'agents cytotoxiques. Ceux-ci sont aussi capables de rester plus longtemps présents dans la circulation, avec à la clé une plus grande efficacité de la thérapie ciblée.

La présentation des résultats de l'étude KEYNOTE-826, menée chez des femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus récidivant ou métastatique qui n'ont pas reçu de chimiothérapie systémique précédemment et qui n'entrent plus en compte pour des traitements curatifs, a marqué le symposium présidentiel de cet ESMO 2021.

La présence du chromosome Philadelphie (Ph+) en cas de LMC, est à l'origine de l'oncogène chimérique BCR-ABL1 (breakpoint cluster region/Abelson), qui encode une protéine de fusion dont l'activité tyrosine kinase (engendrée par le gène ABL1 et normalement auto-inhibée dans la protéine que ce gène encode) est dérégulée (disparition de l'auto-inhibition voire remplacement par une stimulation).