Payer pour prévenir ?

Dr Jacques Ninane - Dans une étude, publiée dans le très sérieux Journal of the American College of Cardiology, des fumeurs se sont vus proposer jusqu'à $1.650... à condition qu'une série de six tests de laboratoire confirme qu'ils avaient effectivement abandonné la cigarette.

Un choix cornélien

Un choix cornélien

Dr Jacques Ninane - Souvenez-vous, c'était en 2001, date de la mise sur le marché de l'imatinib, la première molécule ciblée dans le traitement d'une maladie maligne, en l'occurrence la leucémie myéloïde chronique. Cette molécule a littéralement révolutionné le traitement de la LMC. Depuis lors il y en eu d'autres. La question qui se pose à l'heure actuelle est la durée du traitement. En d'autres termes peut-il être arrêté et, si oui, quand ?

Excusez-moi si vous le saviez

Excusez-moi si vous le saviez

Dr Jacques Ninane - Profitant à la fois de la période de la chasse et de ce BON spécial consacré à l'immunologie et à l'immunothérapie du cancer, je me suis mis en chasse de la nomenclature des anticorps monoclonaux. Et voici ce que j'ai ramené dans ma gibecière.

Élémentaire mon cher Watson,

Élémentaire mon cher Watson,

Dr Jacques Ninane - Il y a trois ans, Watson, le superordinateur d'IBM était surtout connu pour avoir vaincu deux anciens champions de l'émission de jeu télévisé américaine Jeopardy. Aujourd'hui, il fait la une des journaux car il pourrait devenir un acteur important dans le traitement du cancer.

Plus qu'un nouveau paradigme thérapeutique

Plus qu'un nouveau paradigme thérapeutique

Dr Christian Cottriau - De congrès en congrès, qu'il s'agisse - comme c'est le cas des différentes sessions abordées dans ce numéro - d'oncologie digestive, d'hématologie ou d'un 'wrap up' des sessions marquantes du dernier meeting de l'ASCO, la multiplication des études positives semble confirmer que le développement de l'immunothérapie antitumorale constitue une réelle révolution dans la prise en charge des pathologies oncologiques.

Jusqu'à quand traiter de manière 'agressive'?

Jusqu'à quand traiter de manière 'agressive'?

Dr Christian Cottriau - Une analyse, présentée au cours du récent congrès de l'ASCO, soulignait qu'une part importante de patients de moins de 65 ans, présentant des formes avancées de tumeurs solides, avait reçu au moins une forme de traitement qualifié d'agressif endéans les 30 derniers jours de sa vie.