Quatre étudiants en Polytech (ULB) partis pour équiper des centres hospitaliers congolais racontent leur expérience

10/08/18 à 13:44 - Mise à jour à 14:49

La mission des quatre étudiants de l'École polytechnique de Bruxelles (ULB) partis installer des boîtiers intelligents dans les centres hospitaliers de Kinshasa, en RDC, début juillet s'est achevée. Le bilan est satisfaisant, estiment-ils.

Quatre étudiants en Polytech (ULB) partis pour équiper des centres hospitaliers congolais racontent leur expérience

Partis dans le cadre d'un projet Codepo (Cellule de Coopération au développement de l'École polytechnique de Bruxelles-ULB), Alexandre, Antonin, David et Tom, étudiants de master à l'École polytechnique de Bruxelles (ULB) ont vécu une expérience unique à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Partis début juillet, explique l'ULB par communiqué, " leur objectif était d'installer des boîtiers intelligents dans les centres hospitaliers afin de compléter le système CERHIS destiné au suivi informatisé des patients. Une mission couronnée de succès, puisque pas moins de cinq boîtiers ont été installés dans les hôpitaux des quartiers populaires de la capitale".

Evidente la mission ? Apparemment pas. Alexandre témoigne de ce que " les conditions de travail n'étaient pas faciles: il n'y avait pas de wifi, les trajets en transport étaient très longs et les matériaux se faisaient rares, même si nous en avions apporté une valise entière. Outre l'aspect technique, nous avons surtout appris à mieux communiquer entre nous et avec les autres. Les ingénieurs congolais étaient étonnants de débrouillardise et de créativité. C'était génial de pouvoir travailler à leurs côtés. Ce voyage nous a ouvert les yeux sur plein de choses. C'était une véritable leçon de vie. "

L'installation de ces dispositifs médicaux est la dernière étape d'un projet plus vaste lancé en 2012 qui consiste à digitaliser les dossiers médiaux papier éparpillés et difficiles à mettre à jour.

Généraliser le système

Le projet a consisté à mettre à jour les données, les stocker dans une armoire sécurisée et assurer par des panneaux solaires l'alimentation électrique nécessaire au suivi. " À présent, l'enjeu est de réduire le prix du dispositif pour équiper tous les centres de santé et généraliser le système ", indique Tom.

" Aujourd'hui, au Congo, pas moins de quatre centres hospitaliers accueillant plus de 20.000 patients par an bénéficient du système de suivi médical informatisé ", précise l'ULB. " Le gouvernement congolais, qui soutient le projet, souhaite à présent équiper 12 hôpitaux et 24 centres de santé. Au mois de novembre, le système sera d'ores et déjà implanté dans l'hôpital provincial du Nord-Kivu et dans deux centres de santé de la province du Kwilu. "