Tout sur Wallonie

Comme vous avez pu le lire dans l'éditorial de cette édition, Roularta HealthCare - éditeur du Journal du médecin, du Pharmacien, du JM-Hospitals et du Belgian Oncology and Hematology News (Bohn) - a décidé d'offrir 12.500 euros à la Fondation Roi Baudouin afin de soutenir des projets Covid-19 en première ligne, dans les soins résidentiels et dans les hôpitaux.

Depuis le 1er juin, les indépendants et entreprises de Wallonie dont l'activité économique a été fortement ralentie pendant la pandémie peuvent introduire une demande afin d'obtenir une indemnité de 2.500 euros.

Le Conseil supérieur de la santé a émis un avis sur les problèmes psychiques pouvant résulter du confinement, sur leur évolution possible et les moyens qui pourraient être mettre en oeuvre. Le journal du Médecin fait réagir la psychiatre Frédérique Van Leuven, responsable de l'hôpital de jour Saint-Bernard à Manage et de l'équipe mobile de crise de la Région Centre.

Les hôpitaux accueillent actuellement 1.302 patients contaminés par le nouveau coronavirus, selon les données publiées mardi par le SPF Santé publique et Sciensano. Il s'agit d'une légère diminution, de quatre unités, par rapport à la veille. Les soins intensifs soignent eux 249 malades, soit deux patients de moins en 24 heures.

La crise sanitaire impacte lourdement les finances des hôpitaux. Certaines institutions sont plus touchées que d'autres parce qu'elles ont dû soigner plus de patients. Les autorités ne devraient-elles pas mettre en place un mécanisme financier d'aide qui tienne compte du nombre de patients Covid-19 pris en charge dans chaque hôpital ?

Lorsqu'une ministre déclare, comme Maggie De Block à l'entame du week-end dernier, "Je ne pense pas qu'on me demandera encore d'être ministre. Il est sain aussi qu'un parti procède à une relève de la garde", c'est que les carottes sont cuites. " Maggie " ne rempilera vraisemblablement pas dans un prochain gouvernement. Médecin généraliste, elle pourra se targuer d'avoir été la première ministre de la Santé publique issue des rangs libéraux depuis des décennies. La libérale aura finalement été symboliquement terrassée par un micro-organisme.

Plusieurs syndicats ont déposé lundi un préavis de grève à durée indéterminée dans les hôpitaux, les maisons de repos et tous les secteurs de la commission paritaire 330 (soins à domicile, maisons médicales entre autres).

Les prix immobiliers vont baisser cette année, prévoient à l'unisson les dernières études bancaires. Une occasion à saisir pour l'investisseur ? Doucement ! Le recul attendu est insignifiant, de sorte qu'on ne saurait se détourner des arguments fondamentaux ou conjoncturels.

Un consortium d'entreprises belges a mis au point une appli qui mémorise les " contacts rapprochés ", éventuelle source de contamination. Mais sa solution, pourtant présentée comme sécurisée et efficace, est écartée au profit du traçage " manuel " par téléphonistes. Les industriels râlent. Du côté politique, on dément tout blocage, mais on désire davantage d'éclaircissements avant de s'engager.

Les déchets hospitaliers générés actuellement sont nombreux et sont destinés à être incinérés en raison, notamment, de leur dangerosité. Le traitement de ces déchets de type B2 s'effectue via co-incinération. Il est important que le flux des autres déchets entrant dans cette co-incinération se maintienne au risque de ne pas pouvoir éliminer les déchets hospitaliers. Mais l'activité économique en berne et le confinement provoque une chute libre de ces déchets indispensables au traitement des déchets hospitaliers.

Bien que le cadre de financement ait été convenu avec l'Inami il y a quelques semaines, le Collège de médecine générale (CMG), Domus Medica, Wachtpost Vlaanderen et les trois syndicats de médecins (l'Absym, le Cartel ASGB/GBO/Modes et AADM) constatent que la majorité des centres de tri n'a jusqu'à présent reçu aucun financement. Et aucun des centres de tri n'a reçu le financement de démarrage promis. En attendant, les coûts augmentent.

Un consortium d'entreprises belges a mis au point une appli qui mémorise les " contacts rapprochés ", éventuelle source de contamination. Mais sa solution, pourtant présentée comme sécurisée et efficace, est écartée au profit du traçage " manuel " par téléphoniste. Les industriels râlent. Du côté politique, on dément tout blocage, mais on désire davantage d'éclaircissements avant de s'engager.

La Conférence interministérielle (CIM) Santé publique s'est réunie ce matin, le 4 mai, pour parler entre autres des stratégies de testing et de suivi dans le cadre de Covid-19. Des stratégies qui "répondent à bon nombre de nos questions et préoccupations mais pas encore sur les modalités de financement forfaitaire horaire que nous avions demandé pour l'activité des MG dans es les centre de tri", estime le Collège de médecine générale (CMG). "

La conférence interministérielle Santé publique du 29 avril a débouché sur l'officialisation du Comité interfédéral testing et suivi des contacts (ou contact tracing, c'est selon). La phase de démarrage de ce suivi de contacts sera lancée le 4 mai. La Région wallonne a déjà communiqué un plan d'action en deux temps pour " réussir cette phase délicate et éviter un nouveau pic épidémique ".

Cette année, notre concours d'été est consacré à l'art. En partenariat avec ART-Gallery.be, nous vous présenterons quatre oeuvres, les 2, 9 juillet, 20 et 27 août. Chaque semaine, vous pourrez participer au concours en répondant aux questions pour gagner un an de location d'une de ces oeuvres. Vous avez jusqu'au 15 septembre pour répondre aux questions.

Grâce aux MG, on a évité la catastrophe ! - Nous avons dû trouver beaucoup de réponses par nous-mêmes - Il a fallu improviser très rapidement