Tout sur UCLouvain

Une étude menée à l'UCLouvain montre que les troubles du sommeil jouent un rôle déterminant dans l'apparition simultanée d'une dépression et d'une anxiété généralisée. Elle invite à considérer ces troubles comme une cible thérapeutique tant dans le traitement que la prévention de la présence conjointe des deux pathologies.

Des scientifiques UCLouvain ont lancé une vaste étude sur l'éco-anxiété, définie comme "l'appréhension et les inquiétudes quant à l'étendue potentielle des impacts du changement climatique et à l'incertitude de leur nature spécifique, de leur calendrier et de leur localisation précise". 2.080 participants francophones, issus de huit pays d'Europe, dont la Belgique, et d'Afrique ont répondu à une enquête en ligne sur ce sujet.

Akkermansia muciniphila est la première bactérie de nouvelle génération entraînant des effets positifs sur la santé humaine à être approuvée par l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments). Elle sera commercialisée sous forme d'un complément alimentaire en 2022.

Des chercheurs louvanistes ont identifié des segments déstructurés, encore inexplorés à ce jour, dans des lipoprotéines. En forme de "spaghetti mou", ces segments s'avèrent essentiels à la vie des bactéries. Cette découverte de recherche fondamentale offre des perspectives à long terme en matière de lutte contre l'antibiorésistance des bactéries.

Le 20e prix du Généraliste a été décerné ce samedi 4 septembre aux docteurs Armelle Djoumbi (ULB) et Charline Bronchain (UCLouvain) pour leurs excellents travaux de fin d'études consacrés à la prise en charge des mutilations génitales féminines en médecine générale et à l'accompagnement par les médecins généralistes des patients ayant eu recours à une chirurgie bariatrique. Ces deux travaux remarquables ont obtenu les suffrages des lecteurs du journal du Médecin et du jury de la SSM-J.

Les Cliniques universitaires St-Luc, la Fondation St-Luc, l'UCLouvain et le Sofina Covid Solidarity Fund lance Hygieia. Ce projet vise à répondre aux défis de la pandémie de Covid-19 mais également à d'autres situations de type pandémique ou maladies complexes non-infectieuses. Soutenu à la hauteur de 2.700.000 euros par le mécénat d'entreprise, Hygieia s'appuie sur la médecine des systèmes et les potentialités gigantesques de l'IA (intelligence artificielle).

Le 20e prix du Généraliste a été décerné ce samedi 4 septembre aux docteurs Armelle Djoumbi (ULB) et Charline Bronchain (UCLouvain) pour leurs excellents travaux de fin d'études consacrés à la prise en charge des mutilations génitales féminines en médecine générale et à l'accompagnement par les médecins généralistes des patients ayant eu recours à une chirurgie bariatrique. Ces deux travaux remarquables ont obtenu les suffrages des lecteurs du journal du Médecin et du jury de la SSM-J.

En raison de la prévalence croissante de l'obésité, la chirurgie bariatrique est devenue une option thérapeutique efficace, entraînant une perte pondérale importante et une diminution des comorbidités associées. Cette intervention est un acte thérapeutique invasif, induisant des transformations rapides tant corporelles que psychologiques et nécessitant une discipline post-opératoire sérieuse.

Dès aujourd'hui et ce jusqu'au 31 juillet, vous pouvez voter en ligne sur www.lejournaldumedecin.com pour le travail de fin d'études qui aura le plus retenu votre attention. La remise du Prix des lecteurs et du Prix de la SSM-J aura lieu le samedi 4 septembre lors d'une grande journée réservée aux jeunes médecins généralistes (jusqu'à dix ans d'installation).

Les néerlandophones sont nettement plus enclins à la vaccination que les francophones. Si 71% des non-vaccinés du nord du pays sont favorables au vaccin contre le Covid-19, ils ne sont que 51% à l'être à Bruxelles et en Wallonie. A l'inverse, 38% des francophones refusent d'être vaccinés, contre seulement 20% des Flamands, selon le trentième rapport du baromètre de la motivation mis au point par l'UGent, l'UCLouvain et l'ULB, relayé vendredi par le journal Le Soir et les quotidiens Sudpresse.

"Sur l'année 2020, on dénombre 17% de décès en plus que sur la moyenne des années 2016-2019, soit le niveau de surmortalité le plus élevé observé depuis la Seconde Guerre mondiale", expliquent Thierry Eggerickx et Yohann Doignon, démographes de l' UCLouvain. Soit un an de perte d'espérance de vie, sans doute du jamais vu dans l'histoire en dehors d'une période de guerre.

Pour les chercheurs de l'UCLouvain, un an après le déclenchement du plan d'urgence hospitalier (PUH) le 14 mars, les bonnes nouvelles ne manquent pas. Mais les variations permanentes du virus doivent être monitorées, car elles peuvent représenter un péril supplémentaire. La pandémie a déjà occasionné une surmortalité de 17% en un an.

La porte de sortie de la crise que nous vivons, c'est une vaccination rapide, ont estimé une dizaine d'experts rassemblés virtuellement par l'université catholique de Louvain (UCLouvain), mardi.

Cancérologie On les appelle des organoïdes, un néologisme pour désigner un clone artificiellement créé d'une tumeur. Ils sont au coeur d'une recherche actuellement menée aux Cliniques universitaires Saint-Luc pour améliorer la prise en charge des patients atteints de cancer.

Les émotions et la motivation sont deux ingrédients essentiels au suivi des recommandations sanitaires. Comment la population réajuste-t-elle son comportement en passant du confinement total à une levée partielle des mesures limitant nos libertés suivie de nouvelles restrictions ?

" J'ai réalisé un gros coup au tiercé ", " Je suis tombé d'une échelle ", " Ma mère a été hospitalisée "... Si nous ne partagions pas avec d'autres les émotions qu'ont éveillées en nous de tels événements, notre existence deviendrait insupportable et la vie en société, un désert.

Le nouveau centre de protonthérapie Particle, situé à Louvain, a accueilli ses premiers patients atteints du cancer pendant l'été 2020, a annoncé mercredi l'UCLouvain, qui exploite l'unité avec l'UZ Leuven. C'est la première fois que des patients sont soignés par protonthérapie en Belgique. Sept personnes ont pu en bénéficier. Les traitements se sont bien déroulés.

Un ensemble de personnalités issues de la société civile demande la mise sur pied "urgente de nouveaux groupes de travail qui puissent enfin proposer des mesures scientifiquement prouvées efficaces, proportionnées au regard des autres problèmes de société et de santé publique, sans effets collatéraux néfastes et dans le respect de l'état de droit, de la démocratie et des libertés individuelles". La lettre ouverte peut être signée sous forme de pétition à l'adresse : belgiumbeyondcovid.be.