Tout sur Syrie

C'est l'expression qu'a utilisée un jour un orateur - qui n'en était pas l'auteur - devant le parlement iranien pour désigner les armes chimiques et biologiques... et force est malheureusement de constater que la formule est doublement vraie. Tout en étant relativement bon marché, elles peuvent en effet provoquer des souffrances telles qu'elles en feraient presque oublier un instant la peur d'une incident nucléaire. Au cours d'un récent webinaire, le Pr Peter De Paepe (chef du service des urgences à l'UZ Gent) a exposé les effets que peuvent avoir certains produits chimiques lorsqu'ils sont utilisés pour nuire.

Un livre rassemble les témoignages du personnel d'Ambroise Paré durant la première vague du Covid-19, de la mi-mars à fin juin. Un livre fort, pour que vive le souvenir. Pour que, peut-être, on puisse dire un jour "Plus jamais cela"?

A la Fondation Boghossian, des images soufflantes d'une ville soufflée récemment par la guerre: Alep.

Les pays du Sud touchés par la pandémie du COVID-19 sont les plus fragilisés. Pour faire face à cette urgence, sept organisations humanitaires réunies sous le consortium 12-12, lancent un appel aux dons à la population belge, aux autorités publiques et au secteur privé.

EXPOSITION Le haut Moyen Âge reste pour beaucoup une période obscure : ce ne sera plus le cas grâce à "Crossroads", l'éclairante exposition présentée au Cinquantenaire.

Médecins sans frontières a débuté lundi des activités médicales en Irak, à la frontière avec la Syrie, pour les habitants du nord-est syrien qui continuent de fuir le conflit, indique mardi dans un communiqué MSF Belgique.

CINÉMA Film d'animation, Wardi évoque au travers de quatre générations le drame palestinien.

En 2018, au moins 973 attaques contre des travailleurs de la santé, des établissements de santé, des transports sanitaires et des patients ont eu lieu dans 23 pays en conflit. C'est ce qu'annonce un rapport intitulé " Impunity remains : 2018, Attacks on Health Care in 23 Countries in Conflict "1. Le nombre d'attaques documentées représente une augmentation significative par rapport à 2017 où 701 attaques dans 23 pays avaient été répertoriées.

En 2018, au moins 973 attaques contre des travailleurs de la santé, des établissements de santé, des transports sanitaires et des patients ont eu lieu dans 23 pays en conflit. C'est ce qu'annonce un rapport intitulé " Impunity remains : 2018, Attacks on Health Care in 23 Countries in Conflict "1. Le nombre d'attaques documentées représente une augmentation significative par rapport à 2017 où 701 attaques dans 23 pays avaient été répertoriées.

INTERNATIONAL : Huit responsables de l'Union des médecins de Turquie (TTB) ont été arrêtés mardi à la suite de critiques implicites formulées par ce syndicat contre l'offensive turque en cours dans l'enclave kurde syrienne d'Afrine, a indiqué l'agence étatique Anadolu. Le président turc les a qualifiés de traîtres.

La maladie mentale, la folie sont souvent une réponse nette et donc confortable au djihadisme islamiste. Les politiques ont parfois tendance à renvoyer à la psychiatrie la patate chaude. Mais c'est malheureusement plus compliqué que cela.

Un des assauts les plus importants contre les villes pour déloger DAESH en Syrie et en Irak entre dans son sixième mois. Les différentes coalitions qui se sont constituées autour de cet objectif promettent une libération totale à tout moment. Dans ce conflit, les parties bombardent de façon régulière, voire constante, des zones d'habitation où non combattants (civils, enfants, personnes déplacées) et combattants se mêlent.

Le débat sur la prise en charge des réfugiés en Europe et le contrôle des couloirs d'accès agite souvent la sphère publique ces derniers mois. Les flux importants d'il y a quelques mois ont été tributaires de plusieurs circonstances et évènements tels que les conditions climatiques en méditerranée, des mesures politiques entre certains pays concernés par lesquels les personnes transitent ainsi que le déplacement des couloirs de transitions vers d'autres régions.

Au moins 814 soignants ont été tués en 6 ans en Syrie, depuis le début de la guerre en mars 2011, selon une nouvelle étude, publiée mercredi dans The Lancet. Selon la même source, les structures de soin sont devenues des cibles systématiques du gouvernement syrien et de son allié russe, avec une nette intensification des attaques en 2016. L'an dernier, 199 offensives contre des établissements sanitaires ont eu lieu, contre 91 en 2012, ce qui fait de 2016 "l'année la plus dangereuse à ce jour pour les professionnels de santé en Syrie", selon le Dr Samer Jabbour de l'Université américaine de Beyrouth, l'un des auteurs de l'étude.

Cadavres dans les rues, bombardements incessants, exactions... Les derniers survivants d'Alep, deuxième ville de Syrie en proie à "un véritable enfer" et sur le point d'être reprise par le régime, doivent être évacués rapidement, a réclamé mardi l'ONG Médecins du Monde.

De manière générale, dans les zones de conflit, l'accès aux besoins de base est limité, dû à une destruction des services, à la diminution de personnel qualifié, à la raréfaction des équipements, l'insécurité et les difficultés financières. Ceci augmente notablement le niveau de vulnérabilité des personnes affectées.

Aujourd'hui, de nombreux États sont impliqués dans la "guerre contre le terrorisme". Dans ce contexte, l'hôpital fait désormais partie intégrante du champ de bataille. Si les structures médicales ont toujours été prises pour cible de manière inacceptable en temps de guerre, la nature des conflits évolue constamment. Ce qui est nouveau, c'est que la guerre contre le terrorisme a créé un cadre légal et moral qui justifie une telle conduite.

Alors qu'une vague d'attentats touche l'Orient à Kaboul, à Bagdad, que l'Allemagne vit la tourmente, la guerre continue en Syrie. L'Independant Doctors Association (IDA) rapporte que quatre hôpitaux de campagne et une banque de sang ont subi des bombardements aériens le 23 juillet. Un nouveau-né a été tué.

Votre avis compte !

Comment restez-vous à jour avec les soins de santé actuels ? Trouvez-vous facile ou difficile d'obtenir les points d'accréditation annuels ? Quelle est votre principale source d'information médicale ? Êtes-vous abonné au journal du médecin?Aidez-nous à trouver des réponses à ces questions pressantes et ainsi pouvoir vous informer à l'avenir de la manière que vous souhaitez et avec les activités adéquates...

Aidez-nous à trouver des réponses à ces questions pressantes !