Tout sur Soins Intensifs

En mars dernier, je me suis positionné en faveur du confinement pour endiguer l'épidémie. Nous étions face à une maladie inconnue et les informations nous parvenant du Nord de l'Italie - dont le système de santé peut être comparé au nôtre- étaient inquiétantes. Rappelons-nous que face à l'afflux massif des patients, les médecins italiens ont dû restreindre l'accès aux Soins Intensifs, et n'ont pas eu d'autre choix que de laisser certains patients sans soins.

En mars dernier, je me suis positionné en faveur du confinement pour endiguer l'épidémie. Nous étions face à une maladie inconnue et les informations nous parvenant du Nord de l'Italie - dont le système de santé peut être comparé au nôtre- étaient inquiétantes. Rappelons-nous que face à l'afflux massif des patients, les médecins italiens ont dû restreindre l'accès aux Soins Intensifs, et n'ont pas eu d'autre choix que de laisser certains patients sans soins.

L'état de santé de Monsieur D. en chambre 432 se dégrade, et cela va de mal en pis. L'infirmier(e) est inquiet(e), mais personne n'est disponible. Le chirurgien a bien été appelé, mais il termine une petite intervention et il a bien promis qu'il viendrait voir dès que c'est fini...

On peut définir l'acharnement thérapeutique comme l'application obstinée d'un traitement qui n'apportera plus de bien-être au patient. Un traitement qui prolonge inutilement une vie dont la qualité est devenue trop précaire. Le principe de bienfaisance et de non-malfaisance ne sont plus respectés. Le principe d'autonomie est souvent aussi bafoué, encore que l'acharnement thérapeutique n'ait pas toujours une valeur subjective.