Tout sur Royaume-Uni

Selon une étude internationale, le confinement et les autres restrictions imposées pour contrôler la pandémie ont eu des effets négatifs sur la capacité cognitive et la santé mentale de la population. Ces mesures auraient aussi entraîné une plus grosse prise de risque, une tendance à l'individualisme et une intolérance à l'encontre des autres.

Le Royaume-Uni a démarré sa campagne de vaccination d'abord avec le Pfizer-BioNTech (fabriqué en Belgique...) officiellement le 8 décembre 2020 puis avec l'Oxford/Astra Zeneca le 4 janvier 2021. 40 millions de doses du premier ont été commandées (elles couvrent 20 millions de personnes) et 100 millions du second (dont une seconde dose porterait l'efficacité de 70 à 100%). L'inversion des courbes de décès, cas et hospitalisations attribuées au Covid-19 s'observent autour de la mi-janvier à fin janvier apparemment sous l'effet conjugué de la vaccination (baisse des décès et des hospitalisations) et du confinement décidé au début de janvier (baisse des cas).

"Un aspect souvent trop peu mis en avant est que toutes les personnes impliquées dans le développement du vaccin d'Oxford ont leurs racines en Afrique et en Asie. En coulisses, elles travaillent dur pour développer des vaccins contre des maladies extrêmement rares... et la technologie utilisée dans le vaccin Covid s'est appuyée sur ces travaux."

Mardi dernier, les députés de la Commission européenne de la santé ont interrogé Sandra Gallina, négociatrice en chef de l'UE pour les contrats de vaccins contre le Covid-19 et directrice générale de la Santé. L'enjeu? Les derniers développements liés à la transparence des contrats, aux autorisations, à la disponibilité et au déploiement des vaccins contre le coronavirus. Pour les eurodéputés, le manque de transparence nourrit l'incertitude et la désinformation.

Il faut remonter à 1997 pour trouver une année où notre pays a enregistré aussi peu de véhicules qu'en 2020. Personne ne peut prévoir ce que 2021 nous réserve. Tout dépendra de la vitesse à laquelle nous contrôlerons le virus et du rétablissement de l'économie.

Au cours des derniers mois, plusieurs publications ont mentionné que les conséquences des formes graves du Covid-19 continuaient de se faire sentir bien après la fin de la phase aiguë. A Wuhan, Chaolin Huang et son équipe de chercheurs ont réalisé l'étude avec le plus long suivi jamais publiée, avec un panel incroyablement large de paramètres.

Réunis en CIM Santé publique, les ministres compétents ont convenu le 13 janvier qu'après la vaccination des résidents et du personnel des maisons de repos, les professionnels des soins qui sont exposés à un risque accru d'infection par le Covid-19 seront vaccinés en premier. Cette vaccination commencera dès lundi dans quatre hôpitaux francophones.

Les autorités britanniques comptent mettre en place "dès que possible" une vaccination 24 heures sur 24 contre le Covid-19 afin d'accélérer la campagne en cours, a indiqué mercredi le Premier ministre Boris Johnson.

Dans un courrier adressé à Frank Vandenbroucke et à Dirk Ramaekers, l'Association professionnelle belge des médecins spécialistes en anesthésie et réanimation (APSAR) interpellent les autorités sur l'ordre de priorités de la vaccination anti-Covid pour les prestataires de soins. Nous publions ci-dessous le courrier dans son intégralité.

Le Bahreïn, l'Urkaine, le Canada, le Royaume-Uni et depuis vendredi, les États-Unis ont autorisé l'administration du vaccin à ARN messager de Pfizer/BioNtech. En Europe, l'Agence européenne des médicaments, l'EMA, remettra son avis au plus tard le 29 décembre.

Le coronavirus aura fait reculer les ventes de voitures en Belgique de près de 25%, et les dernières semaines qui nous séparent des douze coups de minuit n'y changeront rien. À y regarder de plus près, les marques premium s'en sortent mieux que les constructeurs généralistes.

Aider les personnes atteintes de prédiabète à apporter de petits changements dans leur mode de vie, leur alimentation et leur activité physique peut réduire de près de la moitié le risque de développer un diabète de type 2, selon une étude britannique à grande échelle.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 649.577 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi à 13H00. Parmi les pays les plus durement touchés dans le monde, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 85 décès pour 100.000 habitants, suivi par le Royaume-Uni (67), l'Espagne (61), l'Italie (58), et la Suède (56). Les Etats-Unis sont 9e.

Le décompte macabre, le plus souvent quotidien, des décès dus au Coronavirus, est quelque chose d'entièrement neuf pour nos concitoyens. Outre qu'aucune autre maladie ne fait l'objet d'une telle contre-publicité, quelle est la véracité de ses chiffres ? Alors que le nombre de morts publiées par la Chine est ridiculement bas pour un pays de 1,3 milliard d'habitants, même en Occident où l'on observe une certaine tradition de transparence, disposer de données exactes ne coule pas de source. Un site danois, " Euromomo ", se basant sur les chiffres de mortalité " toutes causes confondues ", pourrait faire partie de la solution. La Belgique s'est-elle " surestimée " ? Tentons d'y voir plus clair.

Les géants de l'industrie pharmaceutique Sanofi et GSK ont annoncé mardi leur intention d'allier leurs forces "pour développer un vaccin avec adjuvant contre le Covid-19", une collaboration qui s'ajoute à un foisonnement d'initiatives visant à combattre la pandémie.

Une équipe britannique travaille sur une application qui permettrait d'identifier les personnes infectées et de retrouver au plus vite les contacts qu'elle a pu avoir. L'app se servirait de la géolocalisation. Plusieurs pays dont la Belgique utilisent déjà les données de géolocalisation des opérateurs télécoms ou de plateformes pour combattre le coronavirus. Une surveillance qui n'est pas sans soulever des fortes inquiétudes...