Tout sur René Magritte

En dépit des critiques dont elle fait l'objet au sujet de la gestion de la crise sanitaire du coronavirus, la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open VLD), indique ne pas avoir eu l'intention de démissionner. "Non, j'ai toujours pris mes responsabilités et je suis médecin : quand le patient va mal, ce n'est pas le moment de fuir", indique-t-elle dans un entretien accordé lundi aux titres Sudpresse.

Le virologue Marc Van Ranst a fait part de son mécontentement face aux images de foule rassemblée et faisant la fête sur la place Flagey à Ixelles samedi soir. "Ce n'est pas encore le moment de le faire", a-t-il souligné dimanche midi auprès de VTM. De plus, comme ce n'était pas la première fois qu'un incident de la sorte se produit cette semaine, il estime que la police devrait également en faire davantage pour prévenir de tels rassemblements non autorisés.

Un bond dans les recherches internet des symptômes du Covid-19 et dans l'affluence dans les hôpitaux de la ville chinoise de Wuhan laissent penser que la maladie a pu apparaître sur place dès août 2019, selon les résultats d'une étude préliminaire américaine.

"Citez-moi un pays qui était mieux préparé." Maggie De Block (Open VLD) s'enorgueillit de gestion de la crise sanitaire dans un grand entretien au Vif/L'Express/Knack. Mais peu de gens lui en attribuent le mérite. "Prédire l'apocalypse, c'est à la portée de tout le monde", rétorque la ministre de la Santé publique.

Alors que la lointaine Nouvelle-Zélande, qui a strictement confiné sa population dès qu'elle eut enregistré 200 cas, a célébré lundi zéro mort du Covid, on peut, avec le recul, s'interroger sur l'efficacité du confinement.

La pandémie de Covid-19 a mis en lumière toutes les carences de notre société pour répondre adéquatement à l'urgence. Cela a été cas en Belgique comme dans d'autres pays, mais également pour l'Union européenne (UE) qui n'a pas joué de rôle majeur dans la crise sanitaire. Par l'entremise de plans de relances, dont un nouveau programme de santé, la Commission européenne veut tirer les leçons de la crise pour " réparer les dommages et préparer l'avenir pour la prochaine génération ". De bonnes intentions, mais de la parole aux actes, il y a encore un pas que l'UE a toujours eu du mal à franchir.

Au plus profond de la crise pandémique, près de 3,5 milliards d'humains ont été confinés. Mais entre le confinement total (Chine), drastique (Italie, France), compréhensif (Belgique), " intelligent " (Pays-Bas), modéré (Suède), faible à nul (Corée du Sud, Taïwan, Suisse, Israël), plusieurs pays ont expérimenté des solutions bien distinctes. Avec des résultats bien différents également. Le confinement était-il donc la bonne solution ? La réponse à cette question conditionnera notre approche lors d'une prochaine pandémie. Tentons d'y voir clair.

Cette année, notre concours d'été est consacré à l'art. En partenariat avec ART-Gallery.be, nous vous présenterons quatre oeuvres, les 2, 9 juillet, 20 et 27 août. Chaque semaine, vous pourrez participer au concours en répondant aux questions pour gagner un an de location d'une de ces oeuvres. Vous avez jusqu'au 15 septembre pour répondre aux questions.

Grâce aux MG, on a évité la catastrophe ! - Nous avons dû trouver beaucoup de réponses par nous-mêmes - Il a fallu improviser très rapidement