Tout sur RDC

Depuis plusieurs décennies, des conflits armés, des pillages et des viols ont ravagé la RDC et plus particulièrement le Sud-Kivu. Ces violences omniprésentes laissent de profonds traumatismes physiques mais aussi psychologiques. Quelques ONG pionnières ont décidé de prendre en charge la santé mentale dans cette région.

Un deuxième vaccin va être utilisé dans la lutte contre le virus Ebola en Afrique dès la mi-octobre. En dépit de ce lancement, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est critiquée pour sa gestion de la propagation de l'épidémie et est accusée de " rationner " le premier vaccin.

Alors que le Rwanda a décidé de fermer sa frontière avec la République démocratique du Congo (RDC), l'ambassade de Belgique a diffusé des conseils et rappelé les mesures de précautions à prendre face au virus Ebola qui se répand dans l'est du pays où l'épidémie a fait plus de 1.800 morts en un an. En outre, tous les voyages non essentiels en RDC ont été découragés par le ministère des Affaires étrangères.

Chaque année, Médecins Sans Vacances envoie des médecins et des infirmières volontaires belges dans des hôpitaux de cinq pays d'Afrique. Durant ces missions, l'accent est mis sur le renforcement des capacités grâce à l'échange des connaissances et de l'expérience avec le partenaire local. Le Dr Greta Stevens, pédiatre, est partie à plusieurs reprises en mission en RDC. Elle nous raconte son expérience.

Le ministre congolais de la Santé, le Dr Oly "Jim" Ilunga Kalenga, a démissionné lundi de ses fonctions, s'estimant désavoué par la décision du président de la République de prendre le contrôle de la riposte contre l'épidémie d'Ebola qui a tué plus de 1.700 personnes en un an dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

L'organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mercredi que l'épidémie d'Ebola, qui a fait près de 1.700 morts depuis l'été dernier en République démocratique du Congo, était désormais une "urgence" sanitaire mondiale.

La barre des 1.600 décès dus à l'épidémie d'Ebola a été franchie jeudi dans deux provinces de l'est de la République démocratique du Congo où le virus a fait une victime dans une nouvelle zone, frontalière avec l'Ouganda et le Soudan du sud, a indiqué vendredi le ministère de la Santé.

Actuellement, seuls quatre tests de dépistage rapide d'Ebola peuvent être déployés dans les zones touchées par le virus, selon une enquête de plusieurs chercheurs de l'Institut de médecine tropicale (IMT) d'Anvers publiée mardi dans la revue scientifique "Nature". Or, lors de la survenue d'une épidémie comme celle qui frappe actuellement le Nord-Kivu en RDC, il y a un besoin urgent d'un grand nombre de tests fiables, disponibles en permanence.

Pour pouvoir participer aux concours du JM-club et avoir une chance de remporter un des prix, il faut être membre du Club du Journal du Médecin.