Tout sur Québec

Aujourd'hui, on paraît aussi désarmé devant l'épidémie qu'il y a 100 ans et cela malgré des vagues incessantes de mesures dans tous les sens. Que l'Etat et les scientifiques n'aient d'autres armes que d'arrêter la vie normale et qu'à terme le remède paraît devoir tuer le malade, voilà sans doute l'explication des révoltes auxquelles on assiste un peu partout.

Les élections du 14 octobre prochain ne sont pas l'affaire que des communales, il ne faut pas oublier les provinciales. Pas toujours mises en valeur, les provinces ont pourtant quelques compétences en santé, notamment au niveau préventif. Plus particulièrement en province de Luxembourg, la province est l'actionnaire majoritaire de l'intercommunale Vivalia 2025. L'une des raisons qui ont motivé le Dr Jean-Luc Jacob à participer aux élections provinciales.

L'été durant, le journal du Médecin se penchera sur quatre pratiques de médecine générale, dans quatre pays différents, et même quatre continents différents. À la base, un module intitulé " La médecine générale ici et ailleurs ", dispensé par le Pr Jean-Luc Belche à l'Université de Liège. Au menu de ce tour du monde de la première ligne, le Canada, la Guinée, le Portugal et le Vietnam. Premier arrêt : le Canada.

Si loin et pourtant si proche, est-on tenté de dire à propos du Canada. Pourtant, ce pays vaste - le deuxième plus grand pays du monde - ne se résume pas qu'au Québec, et dissimule bon nombre de disparités.

551 médecins - 294 généralistes et 257 spécialistes - 207 médecins résidents et 206 étudiants en médecine ont co-signé une tribune pour s'opposer aux récentes hausses de rémunération négociées par leurs fédérations médicales.

Lorsqu'on évoque le syndrome d'épuisement professionnel, les premières images qui viennent à l'esprit concernent généralement le milieu de l'entreprise et ses pratiques managériales parfois inhumaines. Le monde médical, généralement plutôt discret sur le sujet en son sein, semble être depuis peu l'objet d'un certain buzz médiatique. Une couverture qui, loin de n'être qu'un effet de mode, semble être le témoin d'un éveil des consciences à la problématique.

Si on s'en tient aux grandes lignes du projet de révision de l'AR 78 régissant les professions de santé que la ministre a mis en chantier, le droit d'exercer la profession devrait être modifié en profondeur. Le visa actuel, devenu caduc, deviendrait l'équivalent d'une licence d'exercice reflétant les normes d'aptitudes donnant accès à la profession...