Tout sur PS

C'est son dernier rendez-vous. Demain, après 40 ans de pratique, cet ami cher, médecin apprécié, dévisse sa plaque. Retraite programmée depuis plusieurs mois, chahutée par la survenue de l'épidémie de Covid-19 bousculant tant de certitudes. Le mail qu'il m'envoie au soir de sa dernière consultation a la simplicité des sages, avec une question en filigrane : quel est le bon moment pour quitter le train, il existe tant de bonnes raisons pour rester, et tant d'autres pour prendre du recul et un repos mérité.

Alors qu'une coalition Vivaldi-Avanti à 7 (PS-spa-MR-Open-VLD-Ecolo-Groen-CD&V) se dessine vaille que vaille pour la formation d'un gouvernement fédéral de plein exercice, le GBO envoie une " Note au monde politique francophone : la vision du GBO pour une nouvelle politique de santé en 10 points ". Le but à atteindre est fidèle au credo du syndicat de médecins généralistes francophones : " Parvenir aux meilleurs soins, accessibles à tous, au meilleur endroit, par le prestataire le plus adéquat, au moment le plus opportun et au juste prix ".

Il est difficile voire douloureux ces temps-ci de lire les quotidiens ou les médias politiques en ligne : chaque jour apporte son lot de scénarios plus ou moins réalistes pour la formation d'un gouvernement stable.

Le ministre de l'Emploi, Kris Peeters (CD&V), a annoncé dans Le Soir du 12 janvier qu'il souhaite introduire rapidement un " droit à l'oubli " en matière médicale. Le PS a également déposé une proposition de loi en ce sens.