Tout sur PMG

La réforme de la garde et la mise en place du 1733 ont façonné des zones de garde dans toute la Wallonie depuis maintenant trois ans. Si le territoire wallon est assez bien couvert, il reste des zones moins bien desservies, à l'instar des communes condruziennes de la province de Liège, de Seraing et de Flémalle. Le PMG Hamelie, pour Haute Meuse Liégeoise entend combler ce trou.

La réforme de la garde et la mise en place du 1733 ont façonné des zones de garde au travers toute la Wallonie depuis maintenant trois ans. Si le territoire wallon est assez bien couvert, il reste des zones moins bien desservies, à l'instar des communes condruziennes de la province de Liège, de Seraing et de Flémalle. Le PMG Hamelie, pour Haute Meuse Liégeoise entend combler ce trou.

Pour le Groupement des néphrologues francophones de Belgique, le temps est à l'action concertée. " Il faut faire remonter les demandes " du terrain " vers les pouvoirs hospitaliers décisionnels ", estiment les Drs Jean-Marc Desmet et Georges Cornet. Ils alertent sur la saturation des services de dialyse. Lundi, les centres francophones recensaient 75 patients Covid et, malheureusement, 12 décès.

Les cercles de médecine générale du Namurois, organisés autour de leur poste de garde, Gamena, ont anticipé la pandémie. Dans la province, la moins touchée du pays, il faut tout de même rassurer la population, et plus que jamais souligner l'importance de la première ligne afin d'éviter la surcharge des hôpitaux. Le gouverneur de la province, alerté par les médecins, a donc mis sur pied des postes médicaux d'orientation (PMO) à l'entrée des six hôpitaux que compte le territoire.

eSanté Wallonie communique sur l'importance de mettre à jour les Sumehr des patients dans le cadre de l'amélioration de la continuité des soins et de la lutte contre le Covid-19. Le Réseau santé bruxellois (RSB) abandonne en ce sens.

Le Collège de la Médecine générale et Sciensano préconisent la prise en charge téléphonique ou par vidéo-conférence de patients atteints de symptômes respiratoires dans le cadre de l'épidémie Covid-19. Le but est de limiter la propagation du virus. L'Ordre des médecins cautionne ce type de prise en charge. Mais le CMG estime que le médecin doit être rétribué et le patient remboursé. Voici comment.

Le président de la FAGW est satisfait des dispositions que contient l'accord médico-mut en matière de gardes en médecine générale. " Enfin, on reconnaît le rôle des cercles et l'importance de la garde de semaine ! " Toutefois, le Dr Delrée souligne que l'honoraire de garde de nuit reste bien trop bas et les demandes d'explication envoyées à l'Inami restent systématiquement sans réponse.

Respectant des habitudes devenues traditionnelles ainsi que les échéances légales, les partenaires de la Commission nationale médico-mutualiste se réunissent pour rédiger un nouvel accord. La connaissance tardive du budget disponible a cependant réduit le temps de la concertation.

Respectant des habitudes devenues traditionnelles ainsi que les échéances légales, les partenaires de la Commission nationale médico-mutualiste se réunissent pour rédiger un nouvel accord. La connaissance tardive du budget disponible a cependant réduit le temps de la concertation.

Jacques de Toeuf ébauche ce qui attend les Postes médicaux de garde dans un avenir proche : découplés des cercles et intégrés dans une structure dans laquelle les médecins généralistes assureront la garde sans avoir trop leur mot à dire...

Les relations et la coordination entre les postes de garde en médecine générale et les Urgences hospitalières ne coulent pas de source. L'Observatoire bruxellois du social et de la santé a enquêté (lire jdM n°2599). Dans cette deuxième partie de notre interview, le Dr Paul De Munck et Jean-Noël Godin, respectivement président et directeur du GBO commentent, notamment, cette enquête.

Pour l'Absym, le financement des postes de garde de médecine générale (PMG), et a fortiori les coûts liés aux employés qui y travaillent ainsi que les charges sociales y afférentes, ne peut en aucun cas provenir du budget alloué aux honoraires de disponibilité des médecins. L'AGEF propose d'aller chercher le soutien financier des autorités locales. Une source d'inspiration pour les autres cercles de MG.

David Weytsman, député bruxellois, détaille pour le jdM le programme santé du Mouvement réformateur. Pour lui, le bilan du gouvernement Michel est largement positif : l'accès aux soins de santé a été favorisé notamment avec le tiers-payant obligatoire chez le MG, la diminution du prix de 4.000 médicaments et un travail sur la transparence des soins. Il pointe aussi la baisse des coûts du transport urgent et le démarrage de la mise en réseau des hôpitaux ainsi que le remboursement forfaitaire pour les interventions à basse variabilité. Côté remboursement de nouvelles thérapies, M. Weytsman pointe un meilleur remboursement de l'oncofreezing, de la détection de la trisomie 21, de l'immunothérapie du cancer du poumon, des traitements de l'hépatite C, du traitement du VIH à titre préventif ainsi que le remboursement de huit séances de soins psychologiques en 1ère ligne.

Le GBO appuie le communiqué du FAGW sur les postes médicaux de garde (PMG). La formule fonctionne, elle diminue la pénibilité et devrait donc rendre la médecine générale plus attractive dans les communes en pénurie. Misons sur ce système plutôt qu'une garde organisée par les médecins de terrain à leurs frais. Puisque c'est une obligation légale, l'Etat doit la financer. Les transferts sud-nord avantageant la Flandre doivent être objectivés.

Éternelle pierre d'achoppement en médecine générale, la garde continue d'inquiéter et de susciter de la grogne. Il y a peu, les conventions (c'est-à-dire les budgets) ont été " proposées " par l'Inami aux différents Postes médicaux de garde (PMG). Deux réunions d'explication ont eu lieu avec les coordinateurs de PMG. Mais ceux-ci ont l'impression de devoir signer le couteau sous la gorge. Par ailleurs, la Wallonie, financièrement vertueuse, paierait, en matière de garde de semaine, pour une Flandre qui privilégie un outsourcing coûteux en matière de transport du médecin de garde avec chauffeur...

Depuis le gel du financement des postes médicaux de garde (PMG) en 2015, la garde peine à se développer. Un fait particulièrement criant dans les zones en pénurie de médecins généralistes, à l'instar de la province de Luxembourg. Pourtant, en 2017, Maggie De Block lance un plan de réforme de la garde basé sur un cluster de 300.000 habitants qui organise coordination, accueil, visites à domicile et visites de nuit. Les médecins de famille trouvent depuis la parade et arrivent à développer des solutions du nord au sud du pays, sans oublier Bruxelles.

Cette année, notre concours d'été est consacré à l'art. En partenariat avec ART-Gallery.be, nous vous présenterons quatre oeuvres, les 2, 9 juillet, 20 et 27 août. Chaque semaine, vous pourrez participer au concours en répondant aux questions pour gagner un an de location d'une de ces oeuvres. Vous avez jusqu'au 15 septembre pour répondre aux questions.

Grâce aux MG, on a évité la catastrophe ! - Nous avons dû trouver beaucoup de réponses par nous-mêmes - Il a fallu improviser très rapidement