Tout sur Ordre

Le Conseil national de l'Ordre des médecins met en garde contre la surconsommation d'opioïdes, suite à une enquête des services de l'Inami. Le médecin est tenu de ne pas alimenter l'assuétude. Dans un autre avis, l'Ordre souligne que le médecin doit dûment avertir le patient en cas de participation à une étude clinique.

"A l'avenir, les médecins et les autres prestataires de soins recevront un visa, une "licence to practise", un e-ID professionnel. Ils devront tenir eux-mêmes à jour un portfolio qui prouvera leurs capacités, formation de base, formations complémentaires, activités professionnelles...", a dévoilé la ministre De Block dans une interview accordée au jdM. Elle a également abordé la réforme de l'Ordre ainsi que celle des réseaux hospitaliers.

"Nos membres sont indignés, fâchés et choqués par la proposition non sollicitée relative à la disponibilité permanente des données de santé [1] que l'Ordre des Médecins a rendue publique le 20 juillet, commente le syndicat. Nous y lisons que "le libre choix des prestataires de soins mène à une mauvaise qualité". Cette affirmation est-elle evidence based? Qui a produit, et pour quelle raison, cet avis biscornu et toxique?"

" Consterné " d'apprendre qu'à nouveau un médecin généraliste a été agressé (à Forest, hier par un patient), le conseil national de l'Ordre des médecins partage les inquiétudes des médecins et professionnels de soins. Il rappelle qu'un point de contact a été créé accessible sur le site de l'Ordre des médecins et envisage même des "listes" de patients dangereux. De son côté, l'Absym se demande ce qu'attendent les autorités et dénonce de leur part "un manque d'intérêt".