Tout sur MSF

Sans des chiffres précis de surmortalité actuelle rapportée à une période donnée, il est difficile de juger les performances de l'Afrique face au Covid19. Mais les chiffres disponibles démontrent que le Continent noir est relativement épargné par le coronavirus. Nous avons demandé au Dr Michel Van Herp, épidémiologiste et médecin tropicaliste à Médecins sans frontières les raisons de cette position relativement favorable. Et si cela pouvait durer.

Nous devons nous opposer aux politiques qui limiteront l'accès de millions de patients à l'oxygénothérapie. Combien de fois par jour entendons-nous que face au covid-19 nous sommes tous égaux puisque ce virus contamine aussi bien les grands dirigeants de ce monde que les chauffeurs de bus ? Mais est-ce vraiment rassurant qu'un virus potentiellement mortel soit le lien qui unit notre humanité commune à une époque d'inégalités croissantes entre les sociétés ?

Médecins Sans Frontières (MSF) partage son expérience des épidémies avec des hôpitaux des régions d'Anvers-Lierre, de Charleroi et de Mons ainsi qu'avec quelque 138 maisons de repos bruxelloises, a expliqué mardi l'ONG. Elle ouvrira également en fin de semaine un centre de triage et d'hébergement pour les populations migrantes et sans-abri sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles.

C'est vers 3 heures du matin que les partenaires sociaux, médecins et mutuelles, ont signé un accord médico-mut. Les divergences de vue notamment entre syndicats médicaux n'est pas étrangère à la longueur des pourparlers. Ce alors qu'on désespère d'avoir un nouveau gouvernement et sans connaître les grandes orientations en santé publique en 2020. Outre l'indexation des honoraires (1,95%) et la norme de croissance légale garanties (1,5%), on observe quelques avancées comme le renforcement de l'organisation de la garde de médecine générale et celui du Dossier médical global, des pédiatres qui voient leurs honoraires "bondir" de 4,75%.

Alors que l'Onusida fait état d'une baisse des décès liés au sida dans son rapport annuel, Médecins Sans Frontières (MSF) rappelle que le taux de mortalité a à peine baissé depuis 2014 alors que l'utilisation à temps d'outils de diagnostic et de traitements efficaces pourrait éviter de nombreux décès. "La lutte contre le VIH est loin d'être terminée", estime l'organisation.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, sept décès sur dix dans le monde[i] seraient dus à des maladies non transmissibles, et 80 % d'entre eux se produiraient dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Bien que " seuls " 4 % des décès touchent des personnes de moins de 30 ans, la majorité des décès à l'âge adulte sont liés à des conditions ou comportements durant l'enfance ou l'adolescence : tabagisme, manque d'exercice, mauvaise alimentation,...

Lorsque j'ai commencé à travailler pour Médecins Sans Frontières en 1984, comme médecin généraliste, la santé mentale était peu, voire pas du tout considérée. Les programmes médicaux mettaient en avant les urgences comme la famine, les catastrophes naturelles, les conflits... mais le volet psychologique était inexistant. La médecine était principalement chirurgicale, obstétricale et infectieuse et si l'amitriptyline et l'haloperidol figuraient bien sur la liste des médicaments essentiels utilisés sur le terrain, leur usage relevait de l'anecdote.

Pour pouvoir participer aux concours du JM-club et avoir une chance de remporter un des prix, il faut être membre du Club du Journal du Médecin.