Tout sur MR

"Qui êtes-vous docteur", le grand baromètre du corps médical, révèle, pour la 5e fois depuis 1985, des informations exclusives sur les médecins généralistes et spécialistes belges. 2.259 médecins (1) ont répondu à cette enquête fouillée du Journal du Médecin/Artsenkrant.

Mars dernier, le Parlement adopte deux décrets visant à renforcer la gouvernance et la transparence dans l'exécution des mandats publics. C'est la conséquence de l'affaire Publifin. La conséquence de la conséquence pour les médecins, est qu'il est désormais interdit d'exercer des fonctions de management au sein d'une intercommunale sous statut d'indépendant. Une situation que déplore le Groupement des conseils médicaux des hôpitaux de la province de Liège.

Invité sur la Première (RTBF) pour commenter le mouvement des Gilets jaunes, le secrétaire général de Solidaris, Jean-Pascal Labille, en a profité pour critiquer vertement la politique menée par le gouvernement MR et plus spécifiquement par Maggie De Block.

Le journal du médecin a suivi les résultats des médecins s'étant présentés aux élections, mais aussi des élus en charge de la santé que ce soit au niveau fédéral, régional et communautaire. Impossible d'être exhaustif, évidemment, mais on peut dire que la profession a bien presté au niveau des scrutins.

"Depuis plus d'un an, la Ville de Mons n'a pas entendu mon combat contre la pauvreté. C'est pour cela que je me suis lancé en politique au niveau communal ", explique le super-actif Dr Bouillon.

C'était dans l'air, c'est désormais chose faite : le Gouvernement wallon a approuvé, en première lecture, le projet de décret visant à mettre en place l'assurance autonomie. Pour rappel, l'objectif de cette dernière est de déployer une couverture sociale pour répondre aux besoins liés à l'allongement de la vie et à la perte d'autonomie.

Dans une lettre ouverte au ministre de la Justice, publiée par Le Soir jeudi, une quinzaine de membres de commissions de surveillance de prisons dénoncent que les détenus n'ont pas suffisamment accès aux soins de santé. La députée MR Kattrin Jadin fait en outre état d'une augmentation de cas de sida et hépatite parmi les détenus, rapporte encore De Tijd.

Le Conseil d'administration de l'hôpital régional a présenté ce 28 février un protocole d'accord aux syndicats afin de débloquer la situation. Il demande aux médecins de faire un effort de 2,7millions d'euros et au personnel de près de 5millions d'euros. Objectif : parvenir à économiser 12 millions pour sortir l'hôpital public du rouge en 2018.

Le projet de réforme de l'aide médicale aux sans- papiers annoncée il y a dix jours par Denis Ducarme (MR), le ministre de l'Intégration sociale, n'a pas l'heur de plaire au GBO. Le ministre souhaite mettre fin au "remboursement des soins de confort comme la chirurgie esthétique ou les échographies de grossesse non nécessaires". Le GBO rétorque que le médecin a fait serment de soigner tout le monde en toute circonstance.

L'assurance autonomie, cette cotisation de 50 euros par an que la toute grande majorité des résidents de Wallonie de 26 ans et plus devront verser pour aider les personnes en perte d'autonomie, a été confirmée par le gouvernement MR-cdH via une note de la vice-présidente cdH Alda Greoli approuvée cette semaine au gouvernement wallon.

Le MR a bloqué mercredi soir l'adoption par le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles d'une motion en conflit d'intérêts déposée conjointement par le cdH, DéFi, Ecolo et PS contre la réforme fédérale des quotas Inami entre le nord et le sud du pays.

Hier, les quatre partis francophones dans l'opposition fédérale ont introduit conjointement deux motions en conflit d'intérêts contre le projet de loi de la ministre Maggie De Block (Open-Vld), organisant la répartition de quotas Inami entre le nord et le sud du pays.

Maxime Prévot cèdera sa place dans le nouveau gouvernement Wallon MR-cdH à Alda Gréoli, son ancienne cheffe de cabinet. L'ancienne secrétaire nationale des Mutualités chrétiennes connaît fort bien les dossiers Santé et Action sociale dont elle hérite

Lorsque Wynen s'engage dans l'action syndicale, son but est clair et simple, ce qui en assurera la lisibilité tant pour les médecins que pour les médias : assurer l'indépendance et la liberté du médecin dans tous les aspects de la vie professionnelle. Son programme politique l'est tout autant : garantir les valeurs hippocratiques, le libre choix, la liberté thérapeutique, le dialogue singulier et le secret médical, les ingrédients de la qualité des soins et faire reconnaitre leurs prémisses : l'indépendance technique et morale du praticien indispensable pour assumer sa responsabilité vis-à-vis du patient, fut ce contre l'intérêt de la Société ou d'un gestionnaire.

La semaine dernière, au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a été voté le décret relatif à l'instauration d'un examen d'entrée majorité contre opposition, et ce, malgré que ce projet fût un projet initialement défendu par le MR. Le vote de cet examen d'entrée, c'est surtout l'aboutissement d'un jeu politique malsain vraisemblablement dicté et piloté par la N-VA (et l'OpenVLD) contre le Parti Socialiste, avec la complicité de leurs collaborateurs du MR, le tout gentiment porté en FWB par l'aile droite du CDH, un parti s'auto-définissant comme humaniste.

Le parlement bruxellois a donné son feu vert vendredi dernier à la création d'Iriscare, l'organe qui gérera les compétences de Santé et d'Aide aux personnes sensiblement amplifiées dans le cadre de la dernière réforme de l'Etat.