Tout sur Moyen-Orient

Il est sans doute assez ironique que ceux et celles qui prennent soin de la vie et de la santé aient tant à apprendre de ce qui sème la destruction et la mort, mais le fait est que la guerre mobilise des moyens financiers et une motivation considérables qui forment un terrain propice à l'accumulation de connaissances. La traumatologie est par excellence l'une des disciplines où les conflits armés offrent des occasions d'apprendre. Lors d'un récent symposium, le Pr Peter De Paepe (chef du service des urgences de l'UZ Gent) a évoqué quelques grands principes d'une traumatologie efficace et la contribution qu'y a apporté la médecine militaire.

A la Fondation Boghossian, des images soufflantes d'une ville soufflée récemment par la guerre: Alep.

Les anticorps d'un " survivant " au Sras-Cov-2 pourraient guérir des patients atteints ou prévenir l'infection. De nombreux essais sont en cours. Mais les écueils sont nombreux, dont le risque éventuel d'administrer la maladie à cause de virus résiduel dans le sang du donneur.

Les pédiatres constatent aujourd'hui des dégâts collatéraux à la crise du Covid, ce sont les enfants affectés d'autres pathologies qui sont restés sans soins pendant plusieurs semaines.

MOBILITÉ Quatre Belges sur dix sont convaincus qu'il n'y aura jamais sur nos routes de voitures complètement autonomes. Cette proportion a augmenté par rapport à il y a quelques années, probablement sous l'influence des récits d'accidents impliquant des véhicules autonomes relayés par les médias.

Cela fait plus d'un mois déjà qu'un nouveau coronavirus sévit dans la population de la ville chinoise de Wuhan. Les experts s'activent pour identifier l'animal responsable de sa transmission à l'homme.

Il va sans dire, la découverte des antibiotiques a complètement révolutionné le monde de la médecine. Mais aujourd'hui, leur efficacité accuse un rapide déclin, à mesure que les bactéries deviennent de plus en plus résistantes aux antibiotiques. Et avec l'utilisation généralisée des antibiotiques au cours des dernières décennies, les bactéries ont eu beaucoup d'occasions d'accroître leur résistance. C'est devenu un grave problème, mais aussi très complexe. À différents endroits, différents types de bactéries sont devenues résistantes à différents types d'antibiotiques. Le problème est encore plus complexe dans les zones de conflit, comme dans de nombreuses régions du Moyen-Orient où MSF travaille.

ESSAI Écrivain libanais, Amin Maalouf signe à 70 ans, quasi l'âge de l'État d'Israël, un essai désillusionné et inquiet quant au cours actuel du monde.

Cette année encore, l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) s'associe à une campagne de sensibilisation, du 19 au 23 novembre, menée en Europe, Amérique du sud, Moyen-Orient et en Australie. Cette année, l'accent est mis sur l'augmentation des notifications d'effets indésirables chez les enfants, pendant la grossesse ou l'allaitement.

ETRANGER : Des médecins cubains exerçaient fin 2016 dans 62 pays du monde, constituant pour l'île communiste la première source de devises, devant le tourisme, selon les chiffres officiels publiées lundi, rapporte Trends-Tendance. Ce dans un rapport de 11 à 2,8 milliards de dollars en 2016.

Les conflits chroniques qui touchent le Moyen-Orient aujourd'hui mettent les systèmes de soins de santé et les professionnels de la santé devant des défis sans précédent. L'objectif de ce manifeste consiste à mettre en avant la nécessité de mieux comprendre les différents modes de blessure et de surinfection dans l'écologie de la guerre, qui ne cesse d'évoluer. Le manifeste est co-écrit par Ghassan Abu-Sittah et Omar Dewachi (Centre médical de l'Université américaine de Beyrouth), Vinh-Kim Nguyen (Ecole de santé publique de l'Université de Montréal) et Jonathan Witthall (Médecins sans frontières).

De manière générale, dans les zones de conflit, l'accès aux besoins de base est limité, dû à une destruction des services, à la diminution de personnel qualifié, à la raréfaction des équipements, l'insécurité et les difficultés financières. Ceci augmente notablement le niveau de vulnérabilité des personnes affectées.

Pour la 21e année, nous présentons les six candidats au Prix du Généraliste, co-organisé avec la SSM-J, et en collaboration avec l'UCLouvain, l'ULB et l'ULiège. Ce challenge met en compétition amicale six jeunes généralistes qui ont remis des travaux de fin d'études présentant des qualités particulièrement remarquables. Les prix des lecteurs du jdM, avec le soutien d'Amonis, et du jury de la SSM-J seront remis le 10 septembre 2022 lors d'une grande journée "jeunes médecins" organisée par la SSM-J.