Tout sur Médecins sans frontières

Des chercheurs français ont créé une application mobile pour diagnostiquer la résistance des bactéries aux antibiotiques. Cet outil en open source, en attente de validation clinique et de l'obtention de la certification CE, sera utilisable partout dans le monde mais il est surtout destiné aux techniciens de laboratoire des pays en voie de développement.

Un livre rassemble les témoignages du personnel d'Ambroise Paré durant la première vague du Covid-19, de la mi-mars à fin juin. Un livre fort, pour que vive le souvenir. Pour que, peut-être, on puisse dire un jour "Plus jamais cela"?

Médecins sans frontières a débuté lundi des activités médicales en Irak, à la frontière avec la Syrie, pour les habitants du nord-est syrien qui continuent de fuir le conflit, indique mardi dans un communiqué MSF Belgique.

Alors que l'Onusida fait état d'une baisse des décès liés au sida dans son rapport annuel, Médecins Sans Frontières (MSF) rappelle que le taux de mortalité a à peine baissé depuis 2014 alors que l'utilisation à temps d'outils de diagnostic et de traitements efficaces pourrait éviter de nombreux décès. "La lutte contre le VIH est loin d'être terminée", estime l'organisation.

Lorsque j'ai commencé à travailler pour Médecins Sans Frontières en 1984, comme médecin généraliste, la santé mentale était peu, voire pas du tout considérée. Les programmes médicaux mettaient en avant les urgences comme la famine, les catastrophes naturelles, les conflits... mais le volet psychologique était inexistant. La médecine était principalement chirurgicale, obstétricale et infectieuse et si l'amitriptyline et l'haloperidol figuraient bien sur la liste des médicaments essentiels utilisés sur le terrain, leur usage relevait de l'anecdote.

Des données récentes collectées lors de l'épidémie de choléra en Zambie en 2016 ont mis en évidence qu'une dose unique de vaccin oral offrait une protection efficace à court terme contre la maladie lors d'une épidémie, protection similaire à celle assurée par les deux doses actuellement recommandées. Il s'agit d'une bonne nouvelle pour les personnes touchées par des épidémies de choléra à grande échelle.

Parfois, pendant des semaines et des semaines, j'ai revu les mêmes patients. J'arrivais au service de chirurgie et je voyais les mêmes visages, les mêmes personnes qui attendaient dans la file, dans l'espoir d'être soignées. Elles se plaignaient de maux de tête, de douleurs physiques et de troubles du sommeil. Je leur prescrivais un traitement, mais celui-ci n'était pas efficace. Ces patients revenaient la semaine suivante, pour des problèmes similaires. Ce n'est que lorsqu'un psychologue m'a expliqué qu'un de ces patients avait été torturé que je me suis rendue compte que j'étais complètement à côté de la plaque...