Tout sur Marine Le Pen

Le " Front républicain " existe aussi en médecine. Même si certains médecins rechignent à voir " Emmanuel Hollande " à l'Elysée, la préférence nationale de Marine Le Pen est ressentie comme contraire à la déontologie médicale. Beaucoup de groupements professionnels appellent à faire barrage contre le Front national au second tour, explique Le Quotidien du médecin.

Les programmes d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen diffèrent aussi fondamentalement en matière de soins de santé. En exergue, la volonté pour Macron d'investir 5 milliards pour l'hôpital et la médecine générale, et celle de Le Pen de supprimer l'aide médicale d'état pour les étrangers (1,1 milliard).

Plusieurs psychanalystes belges relaient l'appel des psychanalystes français contre Marine Le Pen et le " parti de la haine ". Ils s'estiment en effet " pas dupes de ce qui se cache sous le vote lepéniste, à savoir la haine, mais également ces sentiments inavouables que les psychanalystes et les psychologues ont pour vocation de faire remonter à la surface, malgré les apparences destinées inconsciemment à les masquer ". A cet égard, Marine Le Pen, " s'avance masquée au contraire du père Le Pen, qui était une véritable caricature de la nostalgie des années '30 et '40 et ne s'en cachait pas réellement ".

La santé, pourtant une des préoccupations majeures des Français (et d'ailleurs des Européens) n'aura occupé qu'un quart d'heure lors du débat organisé lundi soir par TF1 entre les 5 premiers dans le sondages : Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Plusieurs ont regretté l'absence des six " petits " candidats.