Tout sur Marc Moens

L'Absym et Le Cartel/ASGB demandent au gouvernement et aux ministres compétents en la matière d'accélérer la vaccination du personnel soignant de la catégorie 1a (en contact direct avec les patients). Les syndicats médicaux pointent d'importantes différences au niveau des taux de vaccination entre les hôpitaux.

L'Absym et Le Cartel/ASGB demandent au gouvernement et aux ministres compétents en la matière d'accélérer la vaccination du personnel soignant de la catégorie 1a (en contact direct avec les patients). Les syndicats médicaux pointent d'importantes différences au niveau des taux de vaccination entre les hôpitaux.

Le syndicat médical estime que les autorités compliquent bien trop les choses dans le choix des citoyens qu'elles comptent appeler à se faire vacciner contre le Covid-19. "On perd un temps précieux et on risque ainsi de voir surgir des tensions en raison de la priorisation qui ne sera pas acceptée. L'âge est une donnée objective. Ce critère est le meilleur choix pour vacciner. "

L'AR sur les soins à basse variabilité (SBV) a été publié au Moniteur belge le 18 décembre. Au grand dam de l'Absym qui avait demandé à la ministre de postposer l'entrée en vigueur de ce nouveau mécanisme.

L'Inami planche actuellement sur une nouvelle convention visant à centraliser les interventions chirurgicales du pancréas et de l'oesophage. Les critères qu'il met en avant se heurtent toutefois à une franche levée de boucliers. Plusieurs grands hôpitaux risquent en effet de se retrouver sur le carreau...

Dans le cadre des élections communales et provinciales du 14 octobre 2018, l'Absym interpelle les futurs élus sur des problématiques locales : organisation de la première ligne, mobilité et sécurité des médecins et double taxe sur les cabinets médicaux.

Le verdict est tombé. Après un faux départ, les élections médicales se sont terminées mardi à minuit. Les syndicats se sont bien défendus durant une campagne riche et animée, mais les votants ont manqué à l'appel. Seuls 12.139 médecins ont participé à ce scrutin, nettement moins que lors des dernières élections, soit 23,9%. En 2014, 37,4% des médecins avaient voté.

Il n'y a toujours pas de règlement fiscal pour le statut social des médecins qui poursuivent leur carrière après l'âge de la pension, pointe l'Absym à l'occasion des 50 ans de la caisse de prévoyance Amonis et ses résultats exceptionnels. Or, les médecins âgés constituent une poire pour la soif face aux pénuries notamment en médecine générale.

La procédure de vote électronique a été suspendue suite à de nombreuses plaintes de médecins qui n'arrivaient pas à s'enregistrer. C'est ce qu'on a appris du sommet de l'inami.

La prescription électronique de médicaments est bien lancée mais ne sera pas obligatoire au 1er juin, indique lundi dans un communiqué l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami). En décembre de l'année dernière, le Comité de l'assurance donnait son feu vert à cette obligation au 1er juin (à l'exception des visites à domicile et certaines tranches d'âge de prescripteurs), mais des discussions doivent encore avoir lieu à la Chambre avant publication au Moniteur belge.

Dans les futurs réseaux hospitaliers loco-régionaux, les médecins devraient avoir plus de poids lors des négociations avec les gestionnaires parce qu'ils auront plus souvent l'occasion d'exprimer leurs avis au travers du Conseil médical de réseau. "Chaque décision qui a un impact sur l'organisation médicale sera prise en commun accord ", a promis la ministre.

L'Absym annonce avoir obtenu, " après des décennies de pression syndicale ininterrompue ", l'arrêté-royal introduisant le tarif d'urgence pour l'accouchement par voie vaginale : il entrera en vigueur le 1er juin 2018.

Les syndicats médicaux conseillent à leurs membres de ne provisoirement plus utiliser e-Attest. A la place de diminuer la paperasse le système peut provoquer au contraire une charge administrative au niveau fiscal car le système serait incompatible avec le Fisc au niveau de la force probante. MyCarenet et les mutuelles parlent de " faux problème " car la base de donnée du logiciel n'est pas piratable. Même son de cloche du côté de l'Inami : les médecins ne doivent pas craindre d'être poursuivis par le Fisc.

Le président de Recip-e et de l'Absym réagit à la tribune libre publiée par le Dr Marchal dans notre dernière édition (Jdm n°2528). Il explique son engagement dans l'asbl Recip-e.

Prévue initialement pour le 1Er décembre 2017, l'application Paris a enfin été lancée le 12 février par l'Inami. Une version fonctionnant sans certificat eHealth est annoncée.