Tout sur Maggie De Block

La commission Santé publique a approuvé ce 19 février le projet de loi de la ministre de Maggie De Block contenant des mesures d'économie. Elles font partie du budget 2020 des soins de santé approuvé fin novembre par le conseil des ministres. Ces mesures entreront en vigueur le 1er avril.

CORONAVIRUS Les ministres européens de la santé se mettent en ordre de bataille. Tout en croisant les doigts pour que l'épidémie s'épuise avant d'atteindre la vieille Europe.

Catherine Fonck dénonce de nouvelles économies faites sur le dos des hôpitaux. Elles sont prévues dans un projet de loi de Maggie De Block visant à réaliser des économies dans le secteur des médicaments.

Les ministres européens de la santé se mettent en ordre de bataille. Tout en croisant les doigts pour que l'épidémie s'épuise avant d'atteindre la vieille Europe.

Le 2019-nCoV, ce nouvel agent infectieux à l'origine de l'épidémie en Chine, a déjà fait plus de 490 morts, contaminé plus de 24.300 personnes en Chine, et s'est propagé dans 24 pays. Plusieurs pays ont dès lors décidé de rapatrier leurs citoyens susceptibles d'être infectés, s'ils le souhaitent.

Revoir la nomenclature est un véritable travail de titan ! On parle ici de 3.748 actes pour un montant total de près de huit milliards (7,931 milliards pour être précis). Les prestations 'intellectuelles' en représentent 30% et les prestations spéciales 70%. Samedi dernier, lors du symposium 'hot topics dans les soins de santé' du GBS, Jo De Cock, administrateur général de l'Inami a dressé un état des lieux de la réforme de la nomenclature.

La plateforme eHealth ne cesse de faire parler d'elle. Pas particulièrement en termes élogieux, il faut le dire. Après la réaction des médecins, des syndicats, de la SSMG, c'est désormais au tour du Collège de médecine générale (CMG) d'enfoncer le clou. Il demande un moratoire sur les évolutions et les contraintes informatiques tant que le système n'a pas atteint une fiabilité de 99,9%.

La ministre de la Santé publique Maggie De Block avait déjà indiqué en décembre dernier qu'elle ne "pouvait pas cautionner" l'initiative du géant pharmaceutique suisse Novartis de tirer au sort 100 bébés malades auxquels fournir gratuitement son très couteux traitement Zolgensma, celui qui a fait la Une de la presse belge avec l'affaire de la petite Pia. Jeudi, elle a joint sa parole à celle des ministres de la Santé des Pays-Bas, du Luxembourg, d'Autriche et d'Irlande, qui participent avec la Belgique à l'initiative Beneluxa pour un accès durable et abordable aux médicaments.

Les médecins des compagnies d'assurance parviennent à consulter les dossiers médicaux des citoyens. Les informations issues de l'historique médical d'un patient peuvent ainsi servir à contester un remboursement dans un dossier d'assurance, ressort-il d'une enquête menée par De Morgen. La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) veut dès lors revoir tout le système.

Dix-sept petites maternités sur les 104 que compte la Belgique pourraient être fermées, estime le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) dans un rapport publié jeudi. Pour arriver à une telle conclusion, le centre de recherches s'est basé sur trois critères principaux: l'efficience de ces structures hospitalières, la qualité des soins et l'accessibilité.

La Commission nationale médico-mutualiste a signé un accord le 19 décembre 2019 dans des circonstances assez exceptionnelles. D'une part, le budget des soins de santé proposé par le Comité de l'assurance avait été rejeté par le gouvernement et de ce fait, le " contexte budgétaire " proposé par le gouvernement est arrivé tardivement (deuxième moitié de novembre). D'autre part, en l'absence de nouveau gouvernement fédéral, on n'en connaît pas les principales orientations de santé publique.

Depuis le 1er janvier 2020, l'assurance soins de santé ne rembourse uniquement que les opérations de chirurgie complexe de l'oesophage effectuées dans un centre spécialisé conventionné, indique l'Inami. Cette nouvelle disposition vise à assurer une meilleure qualité des traitements des tumeurs de l'oesophage, des tumeurs de la jonction gastro-oesophagienne ou des affections de l'oesophage non oncologiques.

Respectant des habitudes devenues traditionnelles ainsi que les échéances légales, les partenaires de la Commission nationale médico-mutualiste se réunissent pour rédiger un nouvel accord. La connaissance tardive du budget disponible a cependant réduit le temps de la concertation.

Le député Patrick Prévot (PS) a interpellé récemment la ministre De Block à la Chambre quant au coût du médicament pour l'assurance-maladie. " Selon le dernier rapport de la commission de suivi, le prochain gouvernement devrait trouver 1,4 milliard d'euros de plus pour pouvoir rembourser nos médicaments en 2024. En effet, le coût des médicaments devrait augmenter de près de 30 % au cours des prochaines années pour atteindre 6,6 milliards d'euros en 2024. "

Le problème des suppléments d'honoraires ne date pas d'aujourd'hui" et y répondre par une solution structurelle demande du temps afin de ne pas mettre en péril la santé financière des hôpitaux, a affirmé la ministre de la Santé publique en réaction au baromètre de la Mutualité chrétienne (MC) qui pointe une nouvelle augmentation, en 2018, de ces suppléments d'honoraires dans les établissements hospitaliers.

Pour pouvoir participer aux concours du JM-club et avoir une chance de remporter un des prix, il faut être membre du Club du Journal du Médecin.