Tout sur Journal du Médecin

NEUROLOGIE Les médecins traitant les patients atteints de Parkinson n'ont pas la tâche facile. Avec la stimulation cérébrale profonde, ils ont certes trouvé une méthode efficace pour atténuer les symptômes moteurs de la maladie, mais certaines fonctions complexes commencent parfois à " dérailler ", mettant parfois la vie des patients en danger.

Le 21 septembre, la SSMG et la SSM-J, en collaboration avec le journal du Médecin et le Collège de la médecine générale, organisent une grande journée à l'attention des jeunes généralistes (moins de dix ans d'installation). L'occasion de partager ses expériences avec ses confrères et de découvrir les multiples facettes d'une profession d'une rare complexité. Il est encore possible de s'inscrire.

Au lendemain des élections, l'heure est venue de dresser le bilan du mandat de la ministre de la Santé publique et des Affaires sociales, Maggie De Block. En se basant sur les articles rédigés durant cinq ans et l'évolution des dossiers, la rédaction du journal du Médecin lui attribue des bons et mauvais points.

Le 29 septembre, la SSMG et la SSM-J organisent, en collaboration avec le Journal du Médecin, une grande journée d'échanges et d'informations pour les futurs et jeunes médecins. Une journée qui s'annonce très riche. Le Prix du Généraliste sera remis lors de ce colloque interactif.Il est encore temps de s'inscrire.

Un sondage Le Journal du médecin/Le Pharmacien auprès de 1 497 médecins généralistes, spécialistes, pharmaciens et gestionnaires hospitaliers confirme la chute de popularité de la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block auprès des principaux acteurs de la santé. Près d'un tiers des sondés accordent à Maggie De Block un maigre 1/10 et moins de 10%, 7/10 ou davantage. En moyenne, nos sondés lui donnent 3,2/10.

Le journal du Médecin/Artsenkrant veulent grâce à cette enquête évaluer la consommation ou parfois l'abus de substances psychoactives par les professionnels des soins de santé. En 2021, ce thème reste malheureusement difficile à aborder, en raison de la honte et de la stigmatisation.