Tout sur Inami

L'Absym crie haro sur les mutuelles

Deux euros par jour par patient, tel est le montant octroyé par l'Inami au psychiatre qui travaille en maison de soins psychiatriques (MSP). " Mais pour les mutuelles, c'est encore trop... ", regrette l'Absym dans un communiqué. " On critique beaucoup les salaires des médecins en ce moment, parlons alors de la réalité de ce qui se vit pour certains d'entre nous. "

Nouvelle campagne pour encourager la prescription de médicaments biosimilaires

L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) et l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami) lancent mardi une campagne pour inciter à la prescription de médicaments biolosimilaires, annoncent les deux instances dans un communiqué. Cette campagne sera diffusée en radio, sur des affiches ou encore sur les réseaux sociaux.

Une année de transition de plus pour les gardes

"Il semble que 2019 sera une autre année de transition pour les gardes de médecine générale", souligne Reinier Hueting, président de Cartel. La Commission nationale médico-mutualiste a renvoyé la note sur l'avenir des gardes à l'Unité interadministrative avec un montant insuffisant. L'Inami doit maintenant trouver un arrangement rapidement pour le financement.

Le FAM sort progressivement de sa convalescence

Depuis sa création en 2012, le Fonds des accidents médicaux (FAM) a connu quelques maladies de jeunesse : problèmes de procédure, manque de moyen et de personnel, lenteur du traitement des dossiers... Il se redresse.

Vous pourrez bientôt mieux parler de la fin de vie de votre patient

" En parlant à l'avance de notre fin de vie, on peut éviter beaucoup de chagrin et de misère ", confie la ministre de la Santé publique Maggie De Block qui vient opportunément de publier au Moniteur les critères pour être considéré comme patient palliatif. Le médecin s'entretiendra avec le patient des objectifs de soins et de la personne qui pourra être son représentant légal. L'entretien sera remboursé par la sécurité sociale

La consultation à 30 euros

C'est l'idée de Jacques de Toeuf, vice-président de l'Absym. Il en a parlé à son bureau fédéral et en médicomut lundi soir. " Ce à quoi je pense, c'est un plan pluriannuel sur trois ans axé autour des 160 millions nécessaire pour booster la consultation à 30 euros soit en ponctionnant ce qui est nécessaire sur la masse d'index soit en le prenant sur une partie des prestations techniques ", expliquait-il avant la médico-mut de lundi. Depuis, on en sait un peu plus. La consultation ordinaire à 30 euros reste d'actualité.

Arriver à la consultation à 30 euros en trois ans

C'est l'idée de Jacques de Toeuf, vice-président de l'Absym. " Ce à quoi je pense, c'est un plan pluriannuel sur trois ans axé autour des 160 millions nécessaire pour booster la consultation à 30 euros soit en ponctionnant ce qui est nécessaire sur la masse d'index soit en le prenant sur une partie des prestations techniques."

Les Mutualités chrétiennes dénoncent " une hausse inquiétante de l'utilisation prolongée des opioïdes "

" Le nombre d'utilisateurs d'opioïdes a augmenté de 32 % en 7 ans. Ces médicaments s'avèrent particulièrement efficaces pour traiter la douleur chez les patients cancéreux. Mais ils sont également de plus en plus souvent utilisés pour le traitement de douleurs chroniques d'origine non cancéreuse, comme les douleurs articulaires, les névralgies ou les maux de dos ", s'inquiètent les Mutualités chrétiennes.

"Basse variabilité" : les pédiatres reçus par De Block

Le 19 juillet 2018, la loi relative au financement groupé des soins hospitaliers à basse variabilité a été promulguée. Elle a des implications majeures sur le financement des services de pédiatrie. Le problème principal pour les pédiatres réside dans l'APDRG 560 (accouchement par voie basse) de sévérité 1 ainsi que dans l'APDRG 540 (césarienne) de sévérité 1. Après des menaces de manifestation, une délégation a été reçue auprès de la ministre De Block mercredi. La ministre a promis de demander à l'Inami d'analyser les arguments des pédiatres.

8,669 milliards d'honoraires en 2019

Le Comité de l'assurance a fait sa proposition 2019 pour un montant de 26,513 milliards d'euros (plus de 1.000 milliards de francs belges). Les honoraires des médecins se monteraient à 8.669.715.000 euros, les hôpitaux : 6.091.701.000, les médicaments : 4.288.238.000. Les sages regrettent l'absence de proposition du gouvernement face aux dérapages récurrents du budget des médicaments et signalent que la croissance nette est en réalité inférieure au taux de croissance accordé au secteur de 1,5% l'an.

8,669 milliards d'honoraires en 2019

Le Comité de l'assurance a fait sa proposition 2019 pour un montant de 26,513 milliards d'euros (plus de 1.000 milliards de francs belges). Les honoraires des médecins se monteraient à 8.669.715.000 euros, les hôpitaux : 6.091.701.000, les médicaments : 4.288.238.000. Les sages regrettent l'absence de proposition du gouvernement face aux dérapages récurrents du budget des médicaments et signalent que la croissance nette est en réalité inférieure au taux de croissance accordé au secteur de 1,5% l'an.

Assurance-maladie : 26,387 milliards en 2019

Le budget attendu pour l'ensemble de l'assurance-maladie se monterait en 2019, selon les estimations techniques, à 26,529 milliards d'euros. Toutefois, en raison de ce que l'Inami appelle un " blocage structurel " de 142 millions, le budget total de l'AMI se limiterait à 26,387 milliards soit un dépassement estimé à 503 millions dû essentiellement au remboursement des thérapies pharmaceutiques innovantes. Mais pour arriver à ce résultat, l'Inami utilise une série de formules alambiquées...

Près de 50.000 frottis par an en moins par rapport à 2013

Le nombre de frottis réalisés sur les femmes belges, nécessaires pour déceler le cancer du col de l'utérus, diminue au fil des années. En 2017, 623.000 ont été effectués, soit une baisse de 50.000 par rapport à 2013, selon de nouveaux chiffres délivrés par l'Inami.

L'aspirine reste le médicament le plus prescrit

Les médicaments contre les maladies cardio-vasculaires représentaient financièrement près d'un cinquième du total prescrit par les médecins en 2017, selon des chiffres de Pharmanet, la banque de données de l'Inami sur les pharmacies publiques. Les statistiques montrent aussi que l'aspirine est le médicament le plus prescrit.