Tout sur Gouvernement

Il est possible depuis longtemps de bénéficier d'un taux de TVA réduit de 6% en cas de "démolition suivie de la reconstruction" d'habitations. Cette réduction ne valait cependant que pour 32 villes belges restrictivement énumérées par la législation. Le Gouvernement vient d'étendre provisoirement ces règles à l'ensemble du territoire national, ce qui nous donne l'occasion d'en faire le tour.

Comme la plupart des Belges, je m'efforce de suivre scrupuleusement les mesures prises par le Gouvernement. Si la société libre dans laquelle nous évoluons donne le droit d'exprimer un avis sur l'opportunité des mesures décidées, l'indispensable organisation de la vie en commun ne laisse aucun choix par rapport à l'application scrupuleuse des règles collectives prises conformément aux règles de l'Etat de droit qui l'organise. Cependant, les experts qui ne font rien d'autre qu'exprimer un avis personnel feraient mieux de s'abstenir car ils créent une cacophonie qui désoriente la population.

L'article 35 de la loi sur les professions de santé stipule la libre fixation du montant des honoraires par le médecin sans préjudice des taux fixés par la loi ou des conventions. La loi Inami précise ce qu'est l'honoraire conventionnel, et attribue au conseil des ministres le pouvoir de définir le montant des tickets modérateurs. La différence entre l'honoraire conventionnel et les tickets modérateurs, c'est le remboursement par l'assurance maladie. Parler de suppléments, c'est en fait un glissement sémantique d'origine comptable étant donné qu'on devrait parler d'honoraire libre et d'honoraire conventionnel.

Le Gouvernement et la ministre De Block ont décidé de créer un réseau de soins hospitaliers, composé de 25 entités locorégionales (LR) couvrant de quatre à cinq cent mille habitants. Tous les hôpitaux d'une zone devront faire partie du réseau. Deux problèmes majeurs vont nous confronter : la gouvernance du réseau, et la programmation annoncée des services et appareillages.

Les soins de santé sont un bien précieux. J'en suis convaincue. Protéger les patients, soutenir les professionnels de soins, permettre le développement d'infrastructures de qualité et investir dans l'innovation, c'est primordial. Et ce n'est pas insurmontable même quand la situation économique est défavorable. Je peux en attester.

Le journal du Médecin/Artsenkrant veulent grâce à cette enquête évaluer la consommation ou parfois l'abus de substances psychoactives par les professionnels des soins de santé. En 2021, ce thème reste malheureusement difficile à aborder, en raison de la honte et de la stigmatisation.