Tout sur Europe occidentale

La Société royale belge de chirurgie (RBSS) et le Groupe belge de chirurgie endoscopique (BGES) demandent à la population de ne pas attribuer trop facilement leurs propres symptômes à l'omniprésente pandémie de Covid-19 et demandent à leurs collègues généralistes de référer leurs patients aux urgences en cas de doute. C'est le cas notamment pour l'appendicite aiguë.

VIROLOGIE Hasard du calendrier ? Choix délibéré pour bien marquer les esprits ? Difficile de répondre à cette question. Toujours est-il que c'est ce 1er décembre, journée internationale de lutte contre le Sida, que les autorités belges de la santé ont choisi pour officialiser le remboursement de la combinaison dolutégravir + lamivudine (3TC) tant chez les patients naïfs qui initient un traitement que chez les patients expérimentés dont la charge virale est indétectable, comme option thérapeutique de relais. La Belgique fait ainsi son entrée dans une nouvelle ère thérapeutique de la lutte contre le VIH, celle des traitements allégés ou 2DRs (2-drugs regiments) tout récemment recommandés par la très exigeante European AIDS Clinical Society (EACS) lors de la dernière mise à jour de ses guidelines.

Le KCE a constaté que les chances de survie sont significativement plus élevées dans les hôpitaux qui traitent, par an, plus de vingt patients atteints des cancers de la tête et du cou, un seuil que seuls 23 hôpitaux atteignent. Il recommande donc de centraliser le traitement de ces cancers dans les hôpitaux disposant de l'expertise nécessaire. Chaque hôpital évalué va recevoir son "bulletin", contenant ses propres résultats pour les différents indicateurs et sa situation par rapport aux autres hôpitaux afin d'améliorer la qualité des soins délivrés.

Les carabins sont indéniablement des étudiants privilégiés : ils ont la possibilité de suivre une formation passionnante et d'exercer ensuite un métier susceptible de leur apporter une grande satisfaction. On peut toutefois se demander qui sont finalement ces privilégiés qui peuplent les auditoires de médecine.

Le journal du Médecin/Artsenkrant veulent grâce à cette enquête évaluer la consommation ou parfois l'abus de substances psychoactives par les professionnels des soins de santé. En 2021, ce thème reste malheureusement difficile à aborder, en raison de la honte et de la stigmatisation.