Tout sur Europe

Dans son dernier ouvrage, "La médecine d'après", le Pr Michel Goldman analyse la crise sanitaire due au covid-19 comme un moment de basculement dont il faut tirer les leçons et qui a remis en perspective sa vision de la médecine du futur.

Le traitement du cancer a beaucoup évolué ces dernières décennies et 60% des patients ont aujourd'hui recours à des approches reconnues (1) comme l'homéopathie en complément de leurs traitements oncologiques ou pour améliorer la tolérance. Une étude relativement récente (2) publiée dans The Oncologist démontre l'effet bénéfique des traitements homéopathiques - utilisés en combinaison avec les thérapies conventionnelles - sur la qualité de vie et l'espérance de vie des personnes atteintes d'un cancer du poumon.

La majorité - environ 90% - des cas de bronchopneumopathie chronique obstructive en Europe notamment, sont liés au tabagisme, qu'il soit primaire (surtout) ou secondaire - plus rarement dans nos sociétés, qui ont vu émerger différentes lois visant à protéger contre le tabagisme passif. Arrêter de fumer apparaît dès lors comme une démarche des plus logiques, surtout en présence de la maladie.

Alors que l'été 2022 a été marqué par l'activation de la phase d'avertissement du plan chaleur à quatre reprises, l'Institut de santé publique Sciensano a enregistré une surmortalité particulièrement importante, de +5,7% par rapport aux prédictions de Be-MOMO (Belgian Mortality Monitoring). Du jamais vu ces vingt dernières années.

A défaut de solution miracle, des pistes existent, même s'il faut parfois corriger les leçons du passé en fonction de la situation actuelle. Et ne pas se focaliser sur des classes d'actifs globales, mais affiner le regard.

"Il y a un risque cardio-vasculaire avéré pour tous, mais surtout pour les patients à risque. À l'échelle individuelle, ce risque de la pollution de l'air est minime mais, à l'échelle de la population, il est majeur", a expliqué le Dr Aurélien Wauters lors de la Grande Journée Environnement et Santé, organisée par la SSMG le 8 octobre dernier.

Comment utiliser les données de santé de manière plus efficace, au bénéfice des patients mais aussi de l'innovation et de la recherche? Telle est la question centrale à laquelle la Commission européenne tente de répondre avec sa proposition d'un espace européen des données de santé.

Journaliste, biographe et écrivain, Pierre Assouline signe avec Le Paquebot, un roman qui raconte le naufrage réel du Georges Philippar, celui métaphorique de l'Europe des années trente tout en rendant hommage à la littérature de l'entre-deux-guerres et à La Montagne magique de Thomas Mann en particulier.

Comme nous l'annoncions en début de mois, l'honoraire de vaccination Covid-19 de 15,5 euros, considéré comme peanuts, a été remplacé par un honoraire de visite ou de consultation. C'est désormais officiellement annoncé par l'Inami. Il y a cependant certaines conditions: qu'il s'agisse d'un acte qui sorte du cadre d'une campagne comme celle menée cet automne. Pour celle-ci, les centres de vaccination restent...au centre du jeu.

Les jours se suivent et se ressemblent dans l'actualité, qui fait la part belle à la crise énergétique. Le monde politique, qui n'a apparemment pas anticipé cette hausse, essaye de limiter la casse. Les régions, la Belgique et l'Europe y sont allés chacun de leurs mesures pour diminuer la charge qui pèse sur les épaules des citoyens. Pour l'heure, rien de très percutant, à moins d'être inventif, et d'anticiper.

Fille d'un professeur de latin-grec à l'École européenne, le Dr Sophie Sidler exerce comme pédiatre et pneumo-allergologue. Du salon où elle nous reçoit, une vue s'étend sur la campagne nivelloise. C'est au pied de ce tableau, qu'aurait pu peindre Pat Andrea, que bondissent les gazelles sur les blanches bronzées d'un piano.

La Belgique se dote enfin d'un Plan d'action national sur les perturbateurs endocriniens (Naped). Il prévoit de réduire notre exposition aux perturbateurs endocriniens (PE) et limiter leurs conséquences sur notre santé et l'environnement. Il était attendu depuis plusieurs années par les spécialistes.

Financée par Horizon 2020 de la Commission européenne, une étude prospective a pour but de confirmer l'efficacité du traitement antidépresseur guidé par un modèle d'intelligence artificielle (IA) chez les adultes souffrant de troubles dépressifs majeurs (TDM). Avec la participation de généralistes et de spécialistes, elle comparera l'efficacité et l'innocuité d'un antidépresseur (retenu parmi plusieurs possibilités) prescrit par le médecin en se basant sur son expérience et ses connaissances ou dont le choix est conseillé par l'IA.

La Belgique se dote enfin d'un Plan d'action national sur les perturbateurs endocriniens (Naped). Il prévoit de réduire notre exposition aux perturbateurs endocriniens (PE) et limiter leurs conséquences sur notre santé et l'environnement. Il était attendu depuis plusieurs années par les spécialistes.

Le fonds que vous conseille votre banquier ou que vous avez repéré dans les médias tiendra-t-il ses promesses? Impossible à prédire, hélas. Vous pouvez par contre vérifier ses performances récentes... à condition de distinguer ce qui est pertinent de ce qui ne l'est pas.

La digitalisation est en plein essor dans les soins de santé. Les autorités belges et celles de l'Europe ont de grandes ambitions créant ainsi des opportunités pour le citoyen/patient ainsi que pour le monde de l'entreprise. Les données de santé semblent être un filon en or. Les choses vont-elles trop vite ? Le citoyen peut-il suivre cette évolution ?

La digitalisation est en plein essor dans les soins de santé. Les autorités belges et celles de l'Europe ont de grandes ambitions créant ainsi des opportunités pour le citoyen/patient ainsi que pour le monde de l'entreprise. Les données de santé semblent être un filon en or. Les choses vont-elles trop vite? Le citoyen peut-il suivre cette évolution?