Tout sur États

Avec le fort rebond économique qui se manifeste de part et d'autre de l'Atlantique, les banques centrales vont modifier la politique très accommodante qui prévaut depuis plusieurs années et que la pandémie de Covid-19 avait encore renforcée. Rien de tel qu'un petit lexique pour être en phase avec le langage utilisé par Christine Lagarde, Jerome Powell et la foule des commentateurs!

Cet été, nous avons été nombreux à vérifier régulièrement le changement de couleurs de la carte du monde et les règles d'application en vigueur pour les tests PCR et les passes sanitaires. Ceux qui sont partis en vacances en juin et juillet ont pu en profiter mieux que les aoûtiens soumis à des contraintes plus strictes liées à l'augmentation du nombre de cas de Covid un peu partout sur la planète.

Le parlement européen a donné son feu vert au certificat Covid européen, qui entrera en vigueur le 1er juillet pour une durée de 12 mois. Ce document sous format papier ou numérique facilitera les déplacements à travers l'UE dès cet été.

Spécialisée dans la dimension juridique (et éthique) des métiers de la santé, depuis les paramédicaux jusqu'aux administratifs, en passant par les médecins et les pharmaciens, les Editions LEH ont récemment publié deux ouvrages couvrant respectivement le droit pharmaceutique et le droit européen de la santé.(1)

Le Parlement européen a adopté sa position de négociation sur la proposition de certificat visant à renforcer le droit à la liberté de mouvement en Europe durant la pandémie. Le certificat ne serait pas délivré uniquement aux personnes vaccinées, mais aussi à celles qui ont reçu un test négatif, ou encore qui sont remises de l'infection. Une manière d'éviter la discrimination.

Mardi dernier, les députés de la Commission européenne de la santé ont interrogé Sandra Gallina, négociatrice en chef de l'UE pour les contrats de vaccins contre le Covid-19 et directrice générale de la Santé. L'enjeu? Les derniers développements liés à la transparence des contrats, aux autorisations, à la disponibilité et au déploiement des vaccins contre le coronavirus. Pour les eurodéputés, le manque de transparence nourrit l'incertitude et la désinformation.

Nos huit ministres de la Santé et le Commissaire Corona ont souscrit ce mercredi à la procédure d'achat européenne pour se procurer deux millions de doses du vaccin Moderna. Ils ont également avancé sur la stratégie de vaccination qui devrait être présentée demain.

Catalogué ultralibéral il y a quelques décennies, Bruno Colmant dénonce dans son dernier ouvrage* la révolution néo-libérale qui balaie tout, y compris nos vieilles nations européennes basées sur le partage des richesses. Même l'euro, qu'il qualifie presque d'hérésie économique, aurait été dessiné par des néo-libéraux. Il appelle à une révolution calme du capitalisme qui ne reniera pas les avantages du libéralisme mais qui devra intégrer les facteurs humains et climatiques dans la tempérance sociale. À la clé, une relecture bienveillante de John Meynard Keynes, économiste partisan d'un endettement public bien pensé, théoricien que tout oppose à l'École de Chicago de Milton Friedman, une des principales sources de l'instabilité du capitalisme mondialisé.

La pandémie de Covid-19 a mis en lumière toutes les carences de notre société pour répondre adéquatement à l'urgence. Cela a été cas en Belgique comme dans d'autres pays, mais également pour l'Union européenne (UE) qui n'a pas joué de rôle majeur dans la crise sanitaire. Par l'entremise de plans de relances, dont un nouveau programme de santé, la Commission européenne veut tirer les leçons de la crise pour " réparer les dommages et préparer l'avenir pour la prochaine génération ". De bonnes intentions, mais de la parole aux actes, il y a encore un pas que l'UE a toujours eu du mal à franchir.

Il est capital que le futur vaccin développé pour lutter contre le Covid-19 soit disponible pour tout le monde et ne soit pas protégé par un brevet offrant un monopole aux grands groupes pharmaceutiques, estiment plusieurs organisations dont le CNCD-11.11.11.11 et Handicap International, dans un plaidoyer rédigé en marge de l'assemblée mondiale que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) tient ce lundi.

CORONAVIRUS Les ministres européens de la santé se mettent en ordre de bataille. Tout en croisant les doigts pour que l'épidémie s'épuise avant d'atteindre la vieille Europe.

Les ministres européens de la santé se mettent en ordre de bataille. Tout en croisant les doigts pour que l'épidémie s'épuise avant d'atteindre la vieille Europe.

INVESTIR Le mois de décembre est généralement l'occasion... de se demander de quoi l'année suivante sera faite. Voici les vues prospectives de trois grandes maisons sur trois questions que se posent aujourd'hui les investisseurs : les taux d'intérêt vont-ils remonter, les bénéfices des entreprises sont-ils menacés, le cycle boursier va-t-il s'inverser ?

"Qui décide ? Nous décidons !" : alertés par ce cri repris en choeur par les membres de Planned Parenthood, 20 candidats à la Maison Blanche sont passés samedi sous le feu de leurs questions sur le droit à l'avortement, témoin de l'importance du sujet dans la primaire démocrate après l'adoption d'une batterie de mesures très restrictives.

Quelque 42 procureurs de différents États américains se sont engagés à ne pas poursuivre les professionnels de santé pratiquant des avortements ni les femmes subissant cette intervention, en réaction aux lois restrictives adoptées dans plusieurs États.

En 2018, au moins 973 attaques contre des travailleurs de la santé, des établissements de santé, des transports sanitaires et des patients ont eu lieu dans 23 pays en conflit. C'est ce qu'annonce un rapport intitulé " Impunity remains : 2018, Attacks on Health Care in 23 Countries in Conflict "1. Le nombre d'attaques documentées représente une augmentation significative par rapport à 2017 où 701 attaques dans 23 pays avaient été répertoriées.