Tout sur Didier Raoult

De façon tout à fait subjective, la rédaction du jdM a choisi les douze mots qui symbolisent le plus l'année 2020, une année historique marquée à jamais par la crise sanitaire mondiale. Un court abécédaire du Covid-19.

Dans Trois mois qui ont changé le monde (Texquis), le philosophe Drieu Godefridi publie ses réflexions au jour le jour sur la crise de la Covid-19. Un journal de bord sur nos sociétés ébranlées par ce virus venu de Chine. " Il est urgent que chacun retrouve son calme et sa capacité à raisonner de façon critique, par soi-même, en sélectionnant ses sources d'information et se tenant soigneusement à distance des marchands de peur ", écrit-il.

Il n'est plus besoin de souligner le manque de traitements efficaces du Covid-19 : il existe un besoin criant de trouver remède efficace. Reprenons brièvement l'histoire de l'hydroxychloroquine en 10 points :

La prestigieuse revue médicale The Lancet a pris ses distances avec l'étude très critiquée qu'elle a publiée sur l'hydroxychloroquine, en reconnaissant dans un avertissement formel que "d'importantes questions" planaient à son sujet.

En matière de médecine expérimentale, " il ne faudrait pas que la précipitation amène le chercheur à négliger certaines phases d'essais cliniques, par exemple, et à permettre la production d'un médicament qui pourrait se révéler, in fine, préjudiciable au patient ", souligne le vice-président du Conseil national de l'Ordre des médecins, Philippe Boxho (ULiège )

En matière de médecine expérimentale, il faut se hâter sans précipitation. Une formule qui résume bien l'attitude que doit adopter le médecin face à une pathologie inconnue. " Il ne faudrait pas que la précipitation amène le chercheur à négliger certaines phases d'essais cliniques, par exemple, et à permettre la production d'un médicament qui pourrait se révéler, in fine, préjudiciable au patient ", souligne le Conseil national de l'Ordre des médecins, interrogé par le jdM. Les"sages" du Conseil national rappellent qu'ils sont à la disposition des médecins pour toutes les questions éthiques autour de la crise du Covid-19 que nous vivons actuellement.

Avec 2,5 milliards d'euros de pertes par semaine dues au coronavirus (chiffres FEB), il est évident que nous ne pourrons pas restés cloîtrés indéfiniment. L'économie et donc la santé publique n'y survivraient pas. Le remède serait pire que le mal. Il va falloir innover et trouver des outils pour sortir à moyen terme du confinement. Tests à grande échelle, traitement, vaccin et masques de protection font partie de l'équation.

Le journal du Médecin/Artsenkrant veulent grâce à cette enquête évaluer la consommation ou parfois l'abus de substances psychoactives par les professionnels des soins de santé. En 2021, ce thème reste malheureusement difficile à aborder, en raison de la honte et de la stigmatisation.

Pour pouvoir participer aux concours du JM-club et avoir une chance de remporter un des prix, il faut être membre du Club du Journal du Médecin.