Tout sur CT-scan

Le KCE a fait l'exercice pour la Belgique, sur base de la littérature : pour 1.000 personnes à haut risque, en trois tours de dépistage, trois vies seraient 'sauvées' dix ans plus tard. Un coût-efficacité chiffré à 18.530 euros par année de vie gagnée en bonne santé (Qaly).

Dans notre édition de jeudi dernier, nous évoquions les suppléments d'honoraires relevés par l'Agence intermutualiste (AIM) à l'occasion de son Baromètre 2023, notamment dans la facturation des RMN et des CT-scan. La Société belge de radiologie (SBR) et le ministre de la Santé publique ont réagi.

Le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) a mis à jour ses recommandations pour le diagnostic et le traitement du cancer du pancréas, a-t-il annoncé lundi. Ce type de cancer est en progression en Belgique et dans les autres pays occidentaux, et le premier guide de pratique clinique du KCE relatif au cancer du pancréas remonte à 2009.

Congress Report : ATS2024

Fondée en 1905 pour lutter contre la tuberculose, l'American Thoracic Society a pour ambition affichée de faire progresser la recherche et les traitements des affections pulmonaires (surtout) et cardiaques, ainsi que des troubles du sommeil. Cette année, son congrès international (ATS Conference 2024) se tenait à San Diego, du 17 au 22 mai.

Lire les articles

Médecine

Le 1er juin, le professeur Jean-Luc Van Laethem, chef de la clinique d'oncologie digestive à l'hôpital Erasme, a publié un essai clinique dans le cancer du pancréas métastatique dans The Lancet Oncology. Avec d'autres chercheurs belges et européens, le Pr Van Laethem cherche à évaluer la combinaison d'une chimiothérapie et d'un nouvel agent stimulant la réponse immunitaire. Cette association rapporte un taux de réponse objective (ORR) de 40,4 % chez 57 patients évaluables, atteignant ainsi le critère principal pour pouvoir mener une étude plus approfondie dans la recherche de lutte contre le cancer du pancréas.

Clinical Update

Article du magazine

La prévalence de l'asthme est toujours en augmentation dans notre pays, et tout particulièrement chez les enfants au nord du sillon Sambre-et-Meuse - la faute en revient sans doute à une densité de population et à un degré de pollution atmosphérique plus élevés. Dans ce contexte, plus que jamais, le choix d'un traitement adapté et la garantie d'un bon suivi sont d'une importance majeure.