Tout sur CSS

L'alimentation durable et saine était au coeur de l'assemblée générale du Conseil supérieur de la santé (CSS) qui a exhorté à prendre conscience des défis qui nous attendent pour atteindre cet objectif.

Le Conseil supérieur de la santé (CSS) recommande de vacciner rapidement tous les adolescents de 16 à 17 ans avec comorbidité(s). Les autres jeunes de cette catégorie doivent être vaccinés "selon les modalités prévues par la Taskforce pour la population générale", sachant que plus on descend dans les tranches d'âge, plus le bénéfice individuel de la vaccination est faible.

Suite à une demande du SPF Santé publique, le CSS a actualisé ses recommandations sur les interventions, et les ont élargies aux adultes. Dans l'ensemble, on peut dire que la Belgique n'a pas fait suffisamment d'efforts pour améliorer la prise en charge du TDA/H.

Le trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) a déjà fait l'objet de deux avis du Conseil supérieur de la Santé (CSS), un premier au sujet de la sécurité et des effets secondaires des stimulants (publié en 2011) et un deuxième concernant les bonnes pratiques cliniques en matière de reconnaissance, de diagnostic et de traitement du TDAH (publié en 2013). Suite à une demande du SPF Santé publique, le CSS a actualisé ses recommandations sur les interventions, et les ont élargies aux adultes. Dans l'ensemble, on peut dire que la Belgique n'a pas fait suffisamment d'efforts pour améliorer la prise en charge du TDA/H.

Les mutualités belges ont "tout préparé" pour donner la priorité aux patients à risque dans la campagne de vaccination, indique le Collège intermutualiste national (CIN). Tout en préservant, affirment-elles, la vie privée des patients. L'Absym (encadré) en est moins convaincue...

Ce n'est un secret pour personne : la Belgique et une bonne partie des pays de l'Union européenne traînent les pieds : le calendrier de vaccinations covid-19 est trop lent. En tout, au 28/02, 1,231 millions de doses de trois vaccins ont été délivrées aux entités fédérées. Au 2/03, seulement 495.090 personnes ont reçu une première injection de vaccin, ce qui équivaut à 5,4% de la population totale. C'est pourquoi Frank Vandenbroucke a posé trois questions au Conseil supérieur de la Santé pour accélérer le processus. Réponse : oui, l'Astra Zeneca peut être inoculé aux 55+. Non, une seule dose de Pfizer ou de Moderna ne semble pas vraiment recommandée et non : administrer la 2ème dose du vaccin Pfizer/Biontech après 42 jours au lieu de 21 n'est pas vraiment recommandé non plus. L'espoir réside dans le vaccin d'Astra Zeneca et de J&J dès avril.

Le Conseil supérieur de la Santé (CSS) a réuni une vingtaine d'experts pour formuler des recommandations aux autorités en matière de vaccination des moins de 65 ans (phase 1b). Le rapport1 qui en émerge propose en outre un outil de prise en charge à l'attention des médecins.

Les technologies émergentes regroupées sous le terme générique "omiques", qui permettent d'appréhender dans leur globalité des systèmes biologiques complexes et dynamiques, doivent faire l'objet d'un débat public compte tenu des limites éthiques et sociales existantes, selon un avis émis lundi par le Conseil supérieur de la Santé (CSS).

Devant l'envolée des messages simplistes dans le contexte du Covid-19, le Conseil supérieur de la santé invite à la prudence et rappelle que ni la vitamine D, ni le zinc n'ont jusqu'à présent montré leur utilité pour prévenir ou traiter cette infection.

Les femmes enceintes, souhaitant devenir enceinte ou en période d'allaitement peuvent-elles être vaccinées en toute sécurité contre le Covid-19 ? Et si oui, est-ce souhaitable ? Le Conseil supérieur de la santé (CSS) s'est penché sur la question. La réponse est très nuancée, puisque les données spécifiques manquent à l'appel. Ce sera du cas par cas.

Le syndrome de fatigue chronique connu aussi sous le nom d'encéphalomyélite myalgique ou EM/SFC, touche de nombreuses personnes en Belgique. Ce syndrome est difficilement diagnosticable et les patients atteints sont souvent victimes de préjugés. Une maladie controversée et incomprise.

Dans le programme de vaccination, une compétence communautaire, on administre toujours gratuitement aux enfants un vaccin conjugué contre les méningocoques C. En juillet 2019, le Conseil supérieur de la santé a cependant recommandé de remplacer ce vaccin par un vaccin conjugué contre les méningocoques ACWY, et d'également administrer celui-ci aux adolescents. Mais penchons-nous un instant sur le suivi épidémiologique des méningocoques en Belgique et sur la mise en place des stratégies de vaccination.

Début juillet, le Conseil supérieur de la santé (CSS) a publié une mise à jour de son avis sur la vaccination antipneumococcique. Le nouveau texte de consensus devrait donner toute sa mesure cet automne, avec la vaccination contre la grippe comme point de départ pratique. Explications avec le Pr Jan Verhaegen, chef de service émérite en bactériologie à l'UZ Leuven et coauteur de la nouvelle directive.

La loi sur l'application de l'hypnose dans les soins de santé, qui date du 30 mai 1892, "n'est plus adaptée à la diversification professionnelle actuelle nécessaire pour des soins de santé de qualité, et doit donc être actualisée", indique le Conseil supérieur de la santé (CSS) dans un récent avis, qu'il publie vendredi. Le grand public n'est pas non plus suffisamment ni correctement informé à ce sujet, estime l'instance.

La Conférence interministérielle (CIM) Santé publique s'est à nouveau réunie le 2 septembre autour de la question de la gestion de la pandémie Covid-19. Différents aspects du dépistage et du suivi des contacts ont été traités, comme la performance des laboratoires qui analysent les tests, le suivi des personnes qui reviennent de zones rouges et le lancement de l'app 'coronalert'.

Les ministres de la Santé publique informent sur l'importance de la vaccination contre la grippe saisonnière 2020-2021 dans le contexte Covid-19 et privilégient une approche phasée de la vaccination.

Les vaccins contre le SARS-CoV-2 sont un défi non seulement pour la recherche clinique mais aussi pour les autorités sanitaires qui doivent s'armer contre l'hésitation vaccinale et un sentiment de défiance générale envers l'État.