Tout sur Covid

Selon les autorités sanitaires, le pic de la grippe et des nouvelles admissions Covid à l'hôpital semble avoir atteint un sommet.

"Nous devons évoluer vers une définition claire de ce qu'est un lit de soins intensifs", déclare le Pr Dominique Benoit de l'UZ Gent. Lorsqu'un patient Covid plus âgé prend la place d'un plus jeune dans une unité de soins intensifs, il ne s'agit souvent pas de justice distributive.

Saisir la complexité de la situation en Ukraine n'est pas évident. La situation géopolitique ne peut pas se comprendre à l'aune de l'invasion russe le 24 février 2022. Il faut remonter à 2014 et à l'Euromaïdan, voire en 2004 et à la Révolution orange pour comprendre la réalité de ce pays indépendant depuis 1991, trente ans seulement, tiraillé entre l'Est et l'Ouest. Le système de santé ukrainien répond aux mêmes critères. Rejeton du communisme, il a subi de nombreuses transformations, dont une réforme majeure entamée à partir de 2016 pour se moderniser. Une modernisation qui ne se fait pas sans heurts car elle a bousculé un ordre établi dans le monde médical ukrainien. Cette réforme est de plus mise à mal par la guerre qui touche le pays actuellement.

À l'occasion de la Journée mondiale de l'obésité, organisée le 4 mars, le Dr Maxime Mairiaux, nouveau coordinateur de la Clinique de l'obésité et du surpoids de la Clinique Saint-Jean à Bruxelles, fait le point sur l'évolution de la prise en charge des patients en surpoids et obèses.

Dans le "benchmarking" international des soins de santé organisé à intervalles réguliers par l'OCDE, la Belgique fait piètre figure en raison du nombre de décès associés au covid... mais dans quelle mesure ces conclusions sont-elles vraiment fiables?

Un collectif de médecins généralistes demande instamment aux autorités de revoir sa politique de testing massif qui sur-utilise le personnel hospitalier, médical et paramédical.

Depuis l'année dernière, 18 projets pilotes s'attellent à évaluer le suivi des patients Covid-19 à domicile via le télémonitoring. Un suivi qui s'avère utile pour l'hôpital, grâce à une réduction de lits occupés et, surtout, une diminution de la charge de travail pour le personnel. Au-delà du Covid, le KCE planche sur une évaluation du télémonitoring et des gains en termes d'économie de la santé que la technologie permet.

Depuis l'année dernière, 18 projets pilotes s'attellent à évaluer le suivi des patients Covid-19 à domicile via le télémonitoring. Un suivi qui s'avère utile pour l'hôpital, grâce à une réduction de lits occupés et, surtout, une diminution de la charge de travail pour le personnel. Au-delà du Covid, le KCE planche sur une évaluation du télémonitoring et des gains en termes d'économie de la santé que la technologie permet.

Le comité Hospital & Transport Surge Capacity a demandé le mardi 30 novembre à tous les hôpitaux généraux et universitaires de supprimer obligatoirement, avec effet immédiat et pour une période de deux semaines, le programme électif, tout en préservant les soins urgents et nécessaires. Le lendemain, le comité leur permettait tout de même de continuer dans certaines conditions. Des directives contradictoires qui ne facilitent pas le travail des directions médicales.

Le Groupement belge des spécialistes (GBS) rappelle que la médecine spécialisée extrahospitalière peut aider à désengorger les hôpitaux actuellement débordés par l'augmentation des hospitalisations Covid-19 et fortement impactés par l'absentéisme du personnel.

Le Dr Amandine Henry (UCL-MG) s'est retrouvée dans une grande salle d'urgence avec une équipe médicale réduite et quasi sans protection lors de la 1ère vague de la pandémie. Elle a fait ensuite du tri pendant la 2e vague et affronte aujourd'hui la 4e vague dans un service de gériatrie. Récits de cette expérience unique.

Le Groupement belge des spécialistes (GBS) rappelle que la médecine spécialisée extrahospitalière peut aider à désengorger les hôpitaux actuellement débordés par l'augmentation des hospitalisations Covid-19 et fortement impactés par l'absentéisme du personnel.

Le CHU Mont-Godine a dû fermer six de ses 28 lits USI par manque de personnel. Le problème n'est pas l'affluence des patients Covid, mais l'absentéisme pour cause de maladie qui réduit les capacités de prise en charge. Cette situation n'est pas exceptionnelle. On estime qu'actuellement en Belgique 5% des lits USI sont "perdus", c'est-à-dire indisponibles pour accueillir un patient. La tendance est aussi notable dans les services normaux des hôpitaux, avec là aussi une capacité réduite.

Votre avis compte !

Comment restez-vous à jour avec les soins de santé actuels ? Trouvez-vous facile ou difficile d'obtenir les points d'accréditation annuels ? Quelle est votre principale source d'information médicale ? Êtes-vous abonné au journal du médecin?Aidez-nous à trouver des réponses à ces questions pressantes et ainsi pouvoir vous informer à l'avenir de la manière que vous souhaitez et avec les activités adéquates...

Aidez-nous à trouver des réponses à ces questions pressantes !