Tout sur Conseil supérieur

La pandémie de Covid-19 est une opportunité pour définir plus clairement les pouvoirs et les responsabilités, estime Marnix Denys de beMedTech, la Fédération belge de l'industrie des technologies médicales.

Un groupe de travail institué au sein du Conseil supérieur des médecins spécialistes et des médecins généralistes a élaboré des critères d'agrément pour un nouveau titre professionnel en pharmacologie clinique/médecine pharmaceutique. Il concernerait environ 450 à 500 médecins, actifs principalement dans l'industrie pharmaceutique.

Lors du congrès du GBS, Marc Moens a présenté l'évolution du nombre de médecins en formation et demandé à ses confrères de prendre quelques stagiaires supplémentaires." Avec la double cohorte, 2.460 médecins seront en formation en 2018 contre la moitié en 2017, 1.230. "

En juin prochain, les étudiants de la double cohorte seront diplômés. En effet, les étudiants viennent d'entamer leur dernière année d'étude de Master aussi bien pour la cohorte en 7 ans que pour la 1ère cohorte en 6 ans. Rien que du côté francophone, cela représente près de 1800 nouveaux médecins qui entameront leur Master de spécialisation en octobre 2018 !

La cigarette électronique constituerait une manière saine de fumer ou de vapoter, comme disent les adeptes de cette nouvelle pratique. Personne n'a cru que ce mode de tabagisme était exempt de nocivité, mais le manque de preuve et le poids de la hype ont balayé temporairement les inquiétudes. Qu'à cela ne tienne, selon une étude récente, les craintes sont totalement légitimes.

La proposition de convention particulière pour le remboursement des reconstructions mammaires par tissus autologues a été présentée comme étant le fruit d'un accord entre les mutuelles, nos syndicats médicaux et les plasticiens, sous l'égide de l'Inami. Ceci est une contrevérité. La Société royale belge de chirurgie plastique s'insurge et s'y oppose fermement. La SRBCP ne comprend d'ailleurs pas que nos syndicats, le GBS et l'Absym aient laissé passer cela.

Le journal du Médecin/Artsenkrant veulent grâce à cette enquête évaluer la consommation ou parfois l'abus de substances psychoactives par les professionnels des soins de santé. En 2021, ce thème reste malheureusement difficile à aborder, en raison de la honte et de la stigmatisation.

Pour pouvoir participer aux concours du JM-club et avoir une chance de remporter un des prix, il faut être membre du Club du Journal du Médecin.