Tout sur Communauté française

"Nous dégageons 1 million pour faire évoluer la politique de vaccination, passer au vaccin Gardasil® et 400.000 pour la promotion santé pour atteindre de meilleurs taux de vaccination chez les filles comme les garçons ", a déclaré hier la ministre wallonne de la Santé, Alda Gréoli, sur son compte twitter @aldagreoli.

En cette période de forte chaleur, Alda Gréoli, Ministre wallonne de la Santé et de l'Action sociale et Ministre de l'Enfance en Communauté française, fait le point sur le plan " Vague de chaleur et pics d'ozone ".

Masanté, le personal health viewer lancé il y a deux mois, s'enrichit de trois nouveautés. Ce portail est désormais également disponible en allemand, les citoyens néerlandophones ont accès à des informations fiables sur la santé et on pourra à partir de Masanté accéder à l'eBox en un clic.

3.615 étudiants étaient attendus ce matin à Brussels Expo pour l'examen d'entrée aux études de médecine. Ils seront probablement 3.300 a réellement prendre part à l'examen, dont les résultats sont attendus pour le 16 juillet. Une deuxième chance sera accordée à celles et ceux n'ayant pas réussi. L'épreuve se déroulera le 5 septembre.

Le conseil des ministres a défini vendredi les quotas de médecins pour 2024, soit l'année de sortie des étudiants en médecine qui démarrent cette année. Ils seront 859 médecins en Flandre et 586 en Communauté française.

Un article du décret de la Communauté française sur les études de sciences médicales et dentaires viole la Constitution, a estimé jeudi la Cour constitutionnelle. Elle statuait sur la situation d'étudiants ayant ou non signé une convention d'allégement et qui ont acquis entre 30 et 44 crédits au cours de l'année académique 2016-2017. Cette décision de la Haute cour ne dispense toutefois pas ces étudiants de l'obligation de passer l'examen d'entrée.

Prenez, d'un côté, plus de 4.500 jeunes étudiants qui veulent se lancer dans des études de médecine et de dentisterie et, d'un autre côté, les 607 fameux numéros Inami qui pourront leur être délivrés à la fin de leur formation, en 2023

Tous les étudiants en médecine qui terminent leur formation de base avec succès en 2017 recevront bientôt une attestation de formation universitaire leur permettant de commencer leur spécialisation de médecin généraliste ou spécialiste, a annoncé la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block.

Plusieurs organisations étudiantes tentent d'invalider, comme l'an passé, le concours d'entrée 2017 prévu en fin de BAC1 médecine. Le célèbre avocat Luc Misson tentera d'obtenir gain de cause en référé. La procédure vise l'Etat belge, la Communauté française et les universités concernées.

Le gouvernement et Maggie De Block mettent fin provisoirement à la saga des numéros Inami : s'il s'avère que les examens d'entrée organisés cette année en communautés française et germanophone sont "efficaces", il y aura un numéro Inami pour tous les étudiants qui sortiront en 2017, 2018, 2019 et 2020. Le lissage négatif compensera dans le futur les numéros Inami octroyés aux 1.531 étudiants officiellement " surnuméraires ".

Le Conseil d'Etat a rendu un avis au sujet de l'avant-projet de décret de la fédération Wallonie-Bruxelles sur l'examen d'entrée en médecine, selon lequel plusieurs éléments y sont à revoir. Alors que le ministre Marcourt revoit sa copie, le Cium dénonce une nouvelle fois " l'idée reçue de la surproduction de médecins du côté wallon ". " Au cours des prochaines années, on ne remplacera, en FWB, que 43% des médecins partant à la pension ! " Un examen d'entrée en médecine vétérinaire est également prévu en fin de 1er Bachelier.

La N-VA estime que l'attribution de numéros Inami aux étudiants francophones en médecine actuellement en dernière année n'est pas acquise. L'arrêté royal n'est pas encore approuvé, a rappelé mardi soir la député Valérie Van Peel sur twitter dans un échange avec son ex-correlegionnaire Hendrik Vuye. Le cabinet de la ministre de la Santé, Maggie De Block, évoque de son côté une formalité et le Cium "une provocation".

Selon La Libre Belgique, seul un nouvel arrêté-royal permettra à Maggie De Block de déterminer les quotas de médecins pour 2022. Le conseil d'Etat vient en effet de tacler la ministre de la Santé publique en raison du dépassement du délai minium de 6 ans nécessaire d'ici 2022 pour permettre aux universités de s'organiser.

Fin de semaine dernière, Maggie De Block s'est expliquée à la Chambre sur les quotas de médecins. Pour résumer, la faillite du système d'évaluation mis en place en Fédération Wallonie-Bruxelles a rendu caduques les prévisions de la commission de planification justifiant une modification de la clé de répartition. Un filtre efficace, si possible à l'entrée des études, reste la condition sine qua non pour les étudiants qui sortiront entre 2017 et 2020.

L'arrêté royal sur les quotas qui fixe le nombre de médecins nécessaires en Belgique pour l'année 2022 a été approuvé en première lecture par le gouvernement. Le gouvernement prévoit un quota de 1.320 médecins, dont 792 pour la Flandre et 528 pour la Wallonie. Un chiffre en augmentation pour prévenir toute pénurie. Mais qui revient à la clé de répartition 60/40. Le monde médical et politique francophone dénonce l'abandon de la clé proposée par la Commission de planification plus favorable aux francophones ajustée à hauteur de 56,5% pour la Flandre et 43,5% pour le sud du pays. Une clé qui ne valait apparemment pas une crise gouvernementale.

Depuis plusieurs années le monde politique et médical débat pour savoir si la Belgique présente une pléthore ou une pénurie de médecins. Mais ce débat est profondément faussé. Voici pourquoi.

Cette année, notre concours d'été est consacré à l'art. En partenariat avec ART-Gallery.be, nous vous présenterons quatre oeuvres, les 2, 9 juillet, 20 et 27 août. Chaque semaine, vous pourrez participer au concours en répondant aux questions pour gagner un an de location d'une de ces oeuvres. Vous avez jusqu'au 15 septembre pour répondre aux questions.

Grâce aux MG, on a évité la catastrophe ! - Nous avons dû trouver beaucoup de réponses par nous-mêmes - Il a fallu improviser très rapidement