Tout sur Colla

Le procès qui oppose le Dr Sélim Sid, ancien assistant au CHU de Liège et la direction médicale de cet hôpital universitaire (lire notre dossier dans le jdM n°2528) n'est que la pointe de l'iceberg. Pénuries et manque de superviseurs, sans compter la double cohorte, forment un cercle vicieux diabolique.

Vendredi 2 février, le Tribunal du Travail de Liège a entendu les arguments d'un ancien assistant spécialiste, le Dr Selim Sid, contre le CHU de Liège à propos des conditions de travail au sens large. Le Tribunal rendra son verdict le 20 avril prochain. D'autres assistants corroborent les conditions difficiles qui règnent dans cet hôpital mais qui ne sont pas l'apanage du Sart-Tilman. Le CHU de Liège, sollicité par nos soins, n'a malheureusement pas souhaité réagir contradictoirement, attendant le verdict du tribunal.

Auditionnés à la Chambre hier, des ostéopathes sont revenus sur leur ancienne revendication de demeurer des acteurs de première ligne et de pouvoir délivrer des soins sans passage préalable par le médecin généraliste, en contradiction avec la volonté de la ministre De Block, rapporte L'Echo. Les écologistes sont furax.

Après avoir détricoté l'accord médico-mutualiste 2016-2017, la ministre a pu croire qu'elle avait gagné la partie sans grandes difficultés en laissant les syndicats désarmés. Leur première réaction lui a semblé les avoir transformés en choeur de lamentations. La deuxième réaction, le mot d'ordre de dé-conventionnement, n'a été suivi que par 441 médecins alors même que 2.800 n'avaient plus intérêt à s'engager. La ministre en a peut-être déduit que les organisations représentatives du corps médical ne représentaient plus personne.