Tout sur Cium

La discussion autour des numéros Inami bat son plein au niveau fédéral. Le gouvernement doit se pencher sur les quotas à accorder pour 2027 et sur le nombre de candidats supplémentaires autorisés pour 2021. Mais - c'est la ritournelle - le Nord et le Sud du pays ne sont pas sur la même longueur d'onde.

Le Cium (Comité interuniversitaire des étudiants en médecine francophones), sous l'égide de son nouveau président, Basil Sellam, étudiant en 4e année à l'ULB, estime que l'examen d'entrée est le moindre mal pour mettre en adéquation nombre de numéros Inami et diplômés en médecine même s'il n'est pas prédictif pour sélectionner de futurs bons médecins. Avant de restreindre le flux de médecins étrangers " qui sont utiles au système ", il faut d'abord augmenter l'offre. Le cursus commun n'est pas adapté à la révolution digitale ni à la multidisciplinarité.

Le Cium (Comité interuniversitaire des étudiants en médecine francophones), sous l'égide de son nouveau président, Basil Sellam, étudiant en 4e année à l'ULB, estime que l'examen d'entrée est le moindre mal pour mettre en adéquation nombre de numéros Inami et diplômés en médecine même s'il n'est pas prédictif pour sélectionner de futurs bons médecins. Avant de restreindre le flux de médecins étrangers " qui sont utiles au système ", il faut d'abord augmenter l'offre. Le cursus commun n'est pas adapté à la révolution digitale ni à la multidisciplinarité.

Le nouveau conseil d'administration du Cium a été élu. Il est désormais présidé par Basil Sellam, étudiant en médecine à l'Umons. Il remplace Giovanni Briganti.

L'examen d'entrée en médecine ayant débouché sur " trop " de réussites - 1.138 lauréats pour seulement 600 numéros Inami voire 500 -, la ministre de la Santé publique propose d'instaurer un verrou supplémentaire à la fin des études, " l'attestation de contingentement ". L'Ares précise que le taux de réussite est semblable à celui de l'examen d'entrée en Flandre. Les organisations étudiantes parlent soit de scandale (FEF) soit de meilleure adéquation entre examen d'entrée et numéros Inami (Cium).

La ministre De Block compte instaurer un verrou supplémentaire en fin d'études pour les médecins et dentistes dépassant le quota des numéros Inami. A partir de 2025, cette " attestation de contingentement " sera obligatoire pour obtenir une place de stage et un numéro Inami, et ainsi facturer ses prestations à l'assurance maladie. "Une mauvaise surprise " qui irrite le cdH et Ecolo.

Le Modes (Monde des spécialistes - GBO - Cartel) s'oppose vigoureusement à la vision du Cium (conseil interuniversitaire des étudiants en médecine) qui s'était associé récemment à l'Absym pour réclamer ce que le Modes apparente à un "numerus fixus". Le Modes estime que cela revient à une double peine alors qu'on importera encore plus de médecins étrangers pour faire face à la pénurie.

Alors que le Cium et l'Absym exigeaient mardi un numerus fixus unique pour les étudiants de la cohorte qui a réussi l'examen d'entrée cet été après les années de bachelier, avec des passerelles vers des domaines autres que la médecine, c'est à la Fef de se manifester mercredi. Pour la Fédération des Etudiants francophones, cette proposition est une "fausse bonne idée" et "le problème n'est pas tant la forme de la sélection, mais bien l'existence de quotas limités de numéros Inami".

De nombreux étudiants cherchent des maitres de stage MedG ou des places de triple 0, si vous en connaissez n'hésitez pas à contacter directement le Cium, qui leur transmettra vos coordonnées.

C'est maintenant officiel: après négociations entre les représentants des assistants de l'ULB, l'ULg et l'UCL, le Comité Inter-universitaire des médecins assistants candidats spécialistes (Cimacs) va officiellement voir le jour. La structure sera composée des assistants des trois universités et de représentants du Comité inter-universitaire des étudiants en médecine (Cium) afin d'établir et entretenir une bonne collaboration avec les représentants des étudiants de bachelier et master en médecine sur les thématiques qui nous concernent mutuellement.

Le Cium (Comité Inter-Universitaire des Etudiants en Médecine), l'Unecof (Union des Etudiants de la Communauté française) et l'AGE (Assemblée Générale des Etudiants de l'UNamur) adressent lundi une lettre ouverte au ministre de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt (PS), lui demandant d'étendre à tous les étudiants ayant réussi entre 30 et 44 crédits l'autorisation de poursuivre leur 1re année en médecine ou dentisterie malgré leur échec à l'examen d'entrée.

L'opposition écologiste en Fédération Wallonie-Bruxelles a déposé mercredi une proposition de décret visant à permettre à tous les reçus-collés de passer en deuxième bachelier de médecine ou dentisterie, après l'arrêt du Conseil d'Etat autorisant sept reçus-collés à s'inscrire provisoirement en 2e bachelier. cdH et Ecolo se chamaillent pour s'emparer du dossier.

A l'invitation du Cium (Comité interuniversitaire des étudiants en médecine francophones), le GBO accompagné du Modes (Monde des spécialistes) proposait ce jeudi matin un " regard croisé des acteurs de terrain face à 20 ans de numerus clausus ". " Un triste anniversaire " pour le GBO qui souligne toutefois qu'il a aussi combattu la pléthore ; " un système absurde ", pour le Cium puisque le numerus clausus a abouti à la mascarade actuelle. Pour Stent Care, organisation de patients, notre système de soins de santé "prend l'eau de toute part ".

Quelque 200 étudiants recalés lors de l'examen d'entrée en médecine et dentisterie ont manifesté mercredi leur mécontentement devant les bureaux du cabinet De Block à la Tour des Finances. Ils ont été, aux dires du Cium, chassés de la place par la police et pénalisés d'une amende.

Le Conseil d'Etat a rendu un avis cinglant sur l'avant-projet de loi de la ministre des Affaires sociales et de la Santé Maggie De Block réformant l'attribution des quotas Inami entre les Communautés flamande et française (Fédération Wallonie-Bruxelles), donnant argument à ceux qui au sud du pays craignent pour une pénurie de l'offre médicale. Le cdH en profite pour demander que ce dossier soit retiré à Maggie De Block et confié au premier ministre Michel. Le Cium fait le lien avec l'examen d'entrée.

Trop grande difficulté, injustice pour les reçus-collés, incompréhension : l'examen d'entrée en médecine provoque son lot de réactions indignées. Plusieurs centaines d'étudiants éconduits ont décidé, notamment via le cabinet Misson, d'intenter des recours au conseil d'Etat contre l'examen d'entrée en médecine.

Stéphane Louryan, professeur ordinaire à la Faculté de médecine de l'ULB, membre de l'Académie royale de médecine de Belgique estime dans Le Soir que l'examen d'entrée est " une nécessité pédagogique ". Le Cium (comité interuniversitaire des étudiants en médecine francophones) pense que " ce n'est pas une solution à long terme " car il peut notamment entraîner des surnuméraires en cas de haut taux de réussite. L'Absym salue l'examen qui va épargner beaucoup de souffrances et félicite ceux qui ont réussi.

Pour préparer les candidats à l'examen d'entrée du 8 septembre, le Comité Inter Universitaires des étudiants en Médecine (Cium) a organisé des cours préparatoires entièrement gratuits durant l'été. Ils ont fait le plein. Plus de 1.000 étudiants ont participé aux différentes sessions.

L'enquête de nos confrères du Soir sur l'avenir de la médecine générale suscite de nombreuses réactions. L'occasion pour Ecolo, le cdH et le Cium d'enfoncer le clou en dégainant leurs arguments et solutions.