Tout sur CHU St-Pierre

Yvan Mayeur revient sur la cabale politico-médiatique qui a raison de lui politiquement. Dans un discours parfois trop égocentré, il parle du Samusocial, du piétonnier de Bruxelles, des attentats qu'il a connu en tant que bourgmestre de Bruxelles. Mais aussi, trop peu malheureusement, des soins de santé où l'homme a eu un impact certain en Région bruxelloise.

Le CHU St-Pierre a mis au point une application - gratuite - pour permettre aux parturientes de vivre leur grossesse plus sereinement. En à peine deux mois, plus de 200 futures mères suivies à l'hôpital bruxellois ont pu bénéficier de conseils adaptés à leurs besoins.

Ce weekend se déroulait le beHealth Hackaton dédié à la santé. En 48 heures, les participants ont dû relever un des huit défis qui s'offraient à eux pour présenter leur solution innovante devant un panel d'experts issus du monde médical, des mutuelles, et de l'industrie. À l'issue du verdict, 4 projets ont été primés.

Le discrédit autour du test antigène prostatique spécifique (PSA) est remis en cause depuis l'an dernier. Le PSA, corrélé avec d'autres indicateurs, permet une stratégie de prévention efficace, à l'instar de ce qui est réalisé pour le cancer colorectal. "Cela permet d'éviter le sur-diagnostic et de se concentrer sur les patients qui potentiellement peuvent mourir de leur cancer", estime le Dr Kim Entezari, chef du service d'urologie au CHU St-Pierre. La première ligne tient un rôle clé dans la diffusion d'une bonne information à son patient, et dans le monitoring de celui-ci.

En une de l'édition du 9 décembre, le journal du Médecin expliquait comment certaines institutions admettent le nouveau-né en pédiatrie. D'une part, pour permettre aux jeunes mamans et à leurs nourrissons de rester plus longtemps à l'hôpital. D'autre part, afin de ne pas être pénalisées par le raccourcissement imposé de la durée de séjour en maternité. " Une pratique impossible ", tempère le Dr Michelle Dusart, médecin-chef du CHU St-Pierre.

Le service des maladies infectieuses du CHU St-Pierre et le service de virologie moléculaire de l'Université libre de Bruxelles (ULB) intensifient leurs efforts dans la recherche sur une rémission de l'infection à VIH. À la clef de cette collaboration, une nouvelle étude basée sur l'optimisation de 4 paramètres susceptibles d'expliquer le manque de succès des études de réactivation antérieures.