Tout sur CHU de Liège

Dans "En attendant la deuxième vague", Christophe Hermans filme l'irruption de la pandémie au CHU de Liège au printemps dernier. Un regard discret, empathique qui dresse un portrait remarquablement humain, touchant de l'ensemble du personnel de l'hôpital au travers d'un documentaire passionnant qui met les soignants au balcon et mérite bien des applaudissements...

Une équipe de Liège lance une étude clinique inédite sur les effets de l'apprentissage de la transe chez les patients en oncologie. La transe est-elle aussi efficace que l'hypnose sur les symptômes tels que la fatigue, la détresse émotionnelle, la douleur...?

Ce médicament immunosuppresseur, couramment utilisé contre la polyarthrite rhumatoïde, semblait apporter des chances supplémentaires de guérison du Covid, mais les essais cliniques actuels apportent des résultats contrastés. De quoi approfondir les tests, notamment au CHU de Liège.

A la question de savoir si le système belge de financement des hôpitaux doit être revu, 80% des directeurs généraux et médicaux répondent par l'affirmative. Pour un répondant sur dix, le système de financement actuel suffit. Pour un répondant sur dix, le système ne doit pas être revu mais il a été contre-productif durant la crise.

Gynécologie Caractérisée par la présence de tissu endométrial en dehors de la cavité utérine, l'endométriose demeure mal connue. Touchant de nombreuses femmes en âge de procréer, elle constitue une source potentielle de douleurs et d'infertilité.

D'ici 2025, l'hôpital académique liégeois va investir 295 millions d'euros dans ses infrastructures sur deux sites : le Sart-Tilman et les Bruyères.

Tous les nouveau-nés dans la région de Liège bénéficient depuis ce lundi du dépistage de l'amyotrophie spinale, maladie neuromusculaire qui provoque une faiblesse musculaire progressive, annonce le Centre hospitalier régional (CHR) de Liège. Cette maladie touche chaque année six enfants en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ceux qui souffrent de sa forme la plus sévère et la plus fréquente (la SMA1) meurent pour la plupart avant leur deuxième anniversaire ou gardent de lourdes séquelles motrices.

Le procès qui oppose le Dr Sélim Sid, ancien assistant au CHU de Liège et la direction médicale de cet hôpital universitaire (lire notre dossier dans le jdM n°2528) n'est que la pointe de l'iceberg. Pénuries et manque de superviseurs, sans compter la double cohorte, forment un cercle vicieux diabolique.

Vendredi 2 février, le Tribunal du Travail de Liège a entendu les arguments d'un ancien assistant spécialiste, le Dr Selim Sid, contre le CHU de Liège à propos des conditions de travail au sens large. Le Tribunal rendra son verdict le 20 avril prochain. D'autres assistants corroborent les conditions difficiles qui règnent dans cet hôpital mais qui ne sont pas l'apanage du Sart-Tilman. Le CHU de Liège, sollicité par nos soins, n'a malheureusement pas souhaité réagir contradictoirement, attendant le verdict du tribunal.

On ne présente plus Steven Laureys, directeur du Centre GIGA Consciousness et Coma Science Group de l'Université et du CHU de Liège, directeur de recherche au FRS-FNRS, professeur de neurologie et lauréat du prestigieux Prix Francqui. Grâce à la qualité de ses recherches et à son sens de la vulgarisation, il est parvenu en quelques années à briser le tabou qui entourait le coma tant auprès de ses confrères que du grand public.

Louis Maraite, directeur de la communication du CHU de Liège, est aussi journaliste, et à ce titre, il a mené une série de recherches sur le rôle des civils pendant la guerre 14-18. C'est donc tout naturellement qu'il s'est intéressé au rôle des médecins, infirmiers et brancardiers dans la Bataille de Liège. Le journal du Médecin l'a rencontré dans un lieu loin d'être anodin dans la Cité ardente : le Mémorial interallié.

Depuis le 26 avril, le Réseau Santé Wallon (RSW) est accessible via tablettes et smartphones aux patients et professionnels de la santé. Il faudra encore quelques semaines pour que la lecture sur "mobile" soit conviviale.

Quelque 700 patients du CHU de Liège disposent de l'ensemble de leur dossier médical sur smartphone depuis septembre 2016, et ce, gratuitement. Derrière cette première belge, des questions se posent, notamment au niveau du Réseau santé wallon, qui pourrait élargir cette initiative à l'ensemble des hôpitaux wallons mais aussi au Forum des associations de médecins généralistes (FAG).

Comunicare est un projet de la société Xelink, développé sur l'initiative d'Alfred Attipoe, proche aidant, en collaboration avec le CHU de Liège. Le projet vise à concevoir une application pour appareils mobiles, ainsi qu'une plateforme de communication entre patients et soignants dans le cadre des maladies chroniques, en particulier le cancer pour le premier cas d'usage.

Julien Compère, administrateur-délégué du CHU de Liège, explique tout l'intérêt pour son hôpital de l'alliance avec un membre du Big Pharma comme Janssen Pharmaceutica. Pour le gestionnaire, la transparence permet justement d'éviter toute relation incestueuse.

L'Université de Liège, le CHU de Liège, d'une part et Janssen Pharmaceutica et Janssen-Cilag d'autre part ont signé jeudi un accord sur l'analyse des données de santé, l'évolution des essais cliniques et le recrutement de patients, la recherche pharma proprement dite et les soins oncologiques à domicile. Ce type d'accord est amené à entrer dans les moeurs, semblent dire les dirigeants des différentes entités.

Le centre de simulation médicale interdisciplinaire de Liège (Smile) propose aux étudiants de master en anesthésie-réanimation et médecine d'urgence, mais aussi au personnel infirmier du CHU, d'apprendre à faire face à des scénarios catastrophes en testant en "live" leurs compétences. Un formidable outil d'apprentissage.

Le site web du CHR fait peau neuve. L'occasion de mettre en avant deux nouveaux portails: MyCHR à destination du patient et MyCHRPRO à destination des professionnels de la santé. Via la prise de rendez-vous en ligne, la volonté est claire: fluidifier le trajet du patient.