Tout sur Charleroi

La pandémie de Covid-19 a plus que jamais impacté le secteur de l'eSanté. On songe bien sûr à l'émergence de la téléconsultation mais également aux nombreuses mesures temporaires Covid-19 prises par l'Inami qui ont inévitablement touché le secteur des logiciels médicaux.

Pour Laurent Staquet, pharmacien à Gouy-Lez-Piéton, la crise du coronavirus l'a vu se transformer en " quasi " grossiste, en " spécialiste en conformité ", tout en continuant à accueillir les patients, en développant la livraison à domicile et en diversifiant son activité de pharmacie solidaire.

Nonobstant un plan global d'urgence pandémique qui prévoirait tout, les autorités politiques et sanitaires disposent en réalité de pas mal de documents dans les tiroirs. Dont un " Plan belge en cas de pandémie grippale " encore partiellement en ligne sauf son pendant opérationnel. Diverses notes politico-sanitaires peuvent encore être retrouvées grâce au système de Wayback Machine qui déterre les liens URL morts ou enterrés sur la Toile.

Les équipes de l'ULB ont reçu le feu vert du Centre national de référence sur le coronavirus et de l'Agence fédérale du médicament (AFMPS) : les plateformes de diagnostic Covid-19 - campus de Charleroi et Erasme - testent dès ce lundi, les premiers échantillons de patients. Elles devraient réaliser 500 tests par jour.

Vice-présidente du cercle des médecins généralistes de Charleroi (FAGC), le Dr Catherine Claus explique les changements d'approche en poste médical de garde (PMG) depuis la crise du coronavirus et, singulièrement le confinement. Usuellement, le patient doit aujourd'hui expliquer ses symptômes par téléphone devant le PMG. A l'intérieur, le médecin de garde l'écoute et le conseille. Il peut éventuellement faire rentrer un patient non-respiratoire mais il doit alors se munir d'un masque chirurgical (à défaut de FFP2) et de gants.

Médecins Sans Frontières (MSF) partage son expérience des épidémies avec des hôpitaux des régions d'Anvers-Lierre, de Charleroi et de Mons ainsi qu'avec quelque 138 maisons de repos bruxelloises, a expliqué mardi l'ONG. Elle ouvrira également en fin de semaine un centre de triage et d'hébergement pour les populations migrantes et sans-abri sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles.

Le 21 février, le nouveau réseau hospitalier loco-régional réunissant l'ISPPC et le Centre de santé des Fagnes a vu officiellement le jour. Le Réseau Humani santé Charleroi Chimay va proposer 1.518 lits à 495.586 habitants.

Le 21 février, le nouveau réseau hospitalier loco-régional réunissant l'ISPPC et le Centre de santé des Fagnes a vu officiellement le jour. Le Réseau Humani santé Charleroi Chimay va proposer 1.518 lits à 495.586 habitants.

FESTIVAL La 10e édition de la Semaine du Son se tiendra du lundi 27 janvier au dimanche 2 février 2020 à Bruxelles et du vendredi 31 janvier au dimanche 9 février en Flandre et en Wallonie.

Il y a trois mois, Antarès Consulting et Unessa réalisaient une étude prospective sur la formation des réseaux wallons. Sept réseaux et non huit, et cinq réseaux " prêts ", tel était le constat de l'étude. Trois mois plus tard, on repasse à huit réseaux - sauf surprise de dernière minute - et quelques hôpitaux ont changé de crèmerie. Analyse de la situation par province au lendemain du lancement officiel des réseaux, le 1er janvier 2020.

Suite à l'échec des négociations entre l'ISPPC et le GHDC, deux réseaux hospitaliers se dessinent dans le bassin de soins carolorégien (lire ici pour de plus amples informations). La Fédération des associations de médecins généralistes de la région de Charleroi (FAGC) a cependant voté "à une très large majorité" le soutien à la création d'un réseau unique pour Charleroi métropole.

À compter du 1er janvier 2020, chaque hôpital général et universitaire belge devait faire partir d'un réseau clinique, en vertu d'un projet de loi adopté en février dernier visant à rationaliser le paysage hospitalier belge. Dans les faits, quelques hôpitaux wallons sont organisés en réseau depuis cette date. La Flandre et la Région bruxelloise dépassent quant à elles l'échéance fixée par le fédéral.

Les négociations entre les trois partenaires déclarés du réseau hospitalier locorégional de Charleroi - l'ISPPC, la CNDG et le GHDC - ont été rompues début décembre. Les hôpitaux ne parvenaient pas à se mettre d'accord sur l'équilibre entre la représentation du public et du privé dans les organes de gestion.

Les négociations entre les trois partenaires déclarés du réseau hospitalier locorégional de Charleroi - l'ISPPC, la CNDG et le GHDC - viennent d'être rompues. Les hôpitaux ne parviennent pas à se mettre d'accord sur l'équilibre entre la représentation du public et du privé dans les organes de gestion.

Samedi dernier, la Fédération des associations des médecins généralistes de Charleroi (FAGC) organisait sa grande journée scientifique. Quelque 170 médecins et assistants sont venus participer à l'événement centré sur les " nouveaux enjeux, nouveaux défis, nouvelles opportunités en soins de santé de 1ère ligne ".

Bien qu'il préconise toujours, si c'est possible, la consultation en présence du patient, le Conseil national de l'Ordre des médecins est de plus en plus ouvert à la téléconsultation, qui va bien au-delà de l'avis par téléphone. Mais la téléconsultation doit répondre aux mêmes normes éthiques, le médecin doit y montrer des aptitudes et connaître le patient si possible. Faut-il dès lors aller vers un remboursement comme en France ?