Tout sur ARES

L'Ares (Académie de recherche et d'enseignement supérieur), qui organise l'examen d'entrée en médecine et dentisterie, fait le bilan de cinq années d'existence de l'examen et neuf épreuves en tout. 34 indicateurs ont été rassemblés "en toute indépendance" par la direction des Études et statistiques. à Valérie Glatigny, ministre de l'Enseignement supérieur de tirer les leçons.

Stéphane Louryan, professeur ordinaire à la Faculté de médecine de l'ULB, membre de l'Académie royale de médecine de Belgique estime dans Le Soir que l'examen d'entrée est " une nécessité pédagogique ". Le Cium (comité interuniversitaire des étudiants en médecine francophones) pense que " ce n'est pas une solution à long terme " car il peut notamment entraîner des surnuméraires en cas de haut taux de réussite. L'Absym salue l'examen qui va épargner beaucoup de souffrances et félicite ceux qui ont réussi.

Le Parlement wallon a approuvé mardi midi l'avant-projet de décret signé Jean-Claude Marcourt (PS) instaurant, au corps défendant du ministre, dès la rentrée académique prochaine, un examen d'entrée pour accéder aux études de médecine (et de dentisterie). L'épreuve ne comportera qu'une session en 2017. Le concours de fin de 1er BAC est maintenu par loyauté envers le Fédéral. "Alors que les salles d'attente des médecins de famille sont pleines à craquer, faut-il garder un contingentement instauré le siècle passé ?", a toutefois déploré le ministre.