Tout sur Anvers

" Il est battu par les flots mais ne sombre pas ", la devise de la Ville de Paris, semble correspondre heureusement à la vie du professeur Goyens.

Aujourd'hui âgé de 34 ans, Joachim a débuté sa carrière d'artiste en réalisant gratuitement des fresques " pour réhabiliter les murs vandalisés des maisons ". Le bouche à oreille aidant, il a ensuite peu à peu décroché des contrats payants et trouvé le chemin des galeries, au point que ses oeuvres sont aujourd'hui présentées dans des adresses réputées de Copenhague, Berlin, Knokke, Anvers, Londres et Chichester... où la décision de faire disparaître l'une de ses fresques a même suscité une vague d'émotion et la mobilisation de la population locale au travers d'une pétition.

Le Pr Frédéric Cotton, au nom de Take Care of Care (www.goodmedecine.com/takecareofcare/), chef de service de chimie médicale - Laboratoire hospitalier universitaire de Bruxelles (Lhub-ULB), estime que " dépister les sujets asymptomatiques dans les zones à taux élevé de contamination comme la région d'Anvers, et à présent celles de Bruxelles et Liège, est le meilleur moyen de briser les chaînes de transmission". Take Care of Care plaide pour des procédures facilitées, sans passer par la prescription du généraliste car "elle constitue un ralentissement du processus et une lourde charge pour les médecins ".

Le Pr Frédéric Cotton, au nom de Take Care of Care (www.goodmedecine.com/takecareofcare/), chef de service de chimie médicale - Laboratoire hospitalier universitaire de Bruxelles (LHUB-ULB), estime que " dépister les sujets asymptomatiques dans les zones à taux élevé de contamination comme la région d'Anvers, et à présent celles de Bruxelles et Liège, est le meilleur moyen de briser les chaînes de transmission ". Take Care of Care plaide pour des procédures facilitées, sans passer par la prescription du généraliste car " elle constitue un ralentissement du processus et une lourde charge pour les médecins ". Une observation stricte du port du masque et des gestes barrières reste plus que jamais indispensable mais il faut éviter d'imposer à tout le pays une restriction drastique de la bulle de contacts impossible à respecter.

Le taux de positivité, c'est-à-dire le nombre de tests positifs sur l'ensemble des tests réalisés, est de 2,7% en Belgique, a-t-on appris mercredi lors de la conférence de presse du Centre de crise et du SPF Santé publique.

La Première ministre a confirmé vers 16 h 00 que la bulle sociale est limitée à 5 personnes (toujours les mêmes) hors de la famille et à l'exception des enfants de moins de 12 ans. 10 personnes pour les mariages. Les courses dans les magasins doivent se faire seul + un enfant mineur qui vit sous notre toit ou une personne qui nécessite une aide. A l'étranger, la Première ministre demande d'y respecter les règles locales. Au niveau individuel, elle demande de prendre soins de soi-même et des autres.

Un nouveau Conseil national de sécurité se tient ce lundi à 9h00, quatre jours seulement après le dernier en date, jeudi dernier. De toutes parts, on s'attend à ce que les autorités décident de restreindre la "bulle" sociale des contacts autorisés. Mais d'autres points seront aussi abordés, a-t-on appris dans différents cabinets ministériels. On devrait entre autres voir du changement dans les magasins. Pour Marc Van Ranst, le désormais célèbre virologue, il s'agit du "plus important CNS depuis mars". (Lire l'encadré "dernière minute").

Le Centre de crise s'est montré rassurant, lundi, sur l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en Belgique, mais a réitéré son appel à la prudence face à l'augmentation de cas de contamination. "La situation n'est pas dramatique, mais c'est maintenant qu'il faut réagir pour venir à bout de la résurgence des infections apparue il y a deux semaines", a indiqué l'infectiologue et porte-parole interfédéral Covid-19, Yves Van Laethem, lors du point presse sur l'évolution épidémiologique.

Steve Locatelli (41 ans) est un artiste urbain. Il a commencé avec des graffitis, et des tags. C'est dans la rue qu'il a compris l'art. " Comme j'habitais à la campagne, j'avais besoin de ville. C'est là que j'ai trouvé mon inspiration. "

Votre avis compte !

Comment restez-vous à jour avec les soins de santé actuels ? Trouvez-vous facile ou difficile d'obtenir les points d'accréditation annuels ? Quelle est votre principale source d'information médicale ? Êtes-vous abonné au journal du médecin?Aidez-nous à trouver des réponses à ces questions pressantes et ainsi pouvoir vous informer à l'avenir de la manière que vous souhaitez et avec les activités adéquates...

Aidez-nous à trouver des réponses à ces questions pressantes !