Tout sur Absym

C'est vers 3 heures du matin que les partenaires sociaux, médecins et mutuelles, ont signé un accord médico-mut. Les divergences de vue notamment entre syndicats médicaux n'est pas étrangère à la longueur des pourparlers. Ce alors qu'on désespère d'avoir un nouveau gouvernement et sans connaître les grandes orientations en santé publique en 2020. Outre l'indexation des honoraires (1,95%) et la norme de croissance légale garanties (1,5%), on observe quelques avancées comme le renforcement de l'organisation de la garde de médecine générale et celui du Dossier médical global, des pédiatres qui voient leurs honoraires "bondir" de 4,75%.

La prolongation automatique du DMG sans contact avec le patient entraîne des coûts supplémentaires de 19,5 millions d'euros, qui devront être budgétisés à partir de 2020, pointe l'Absym. Le syndicat majoritaire s'oppose à un versement étalé des honoraires DMG.

Avec un enthousiasme certain, de nombreuses voix s'élèvent pour procéder à une révision de la nomenclature des actes médicaux. Pourquoi d'ailleurs se cantonnent-elles aux actes médicaux ? Il y a tout autant de problèmes dans les nomenclatures des actes infirmiers ou de kinésithérapies, sans parler du modèle de financement des hôpitaux, injuste et dépassé.

L'administration de vaccins, notamment contre la grippe, est perçue par 62% des pharmaciens comme pouvant faire partie de leurs tâches. Ils veulent également savoir pour quelle indication un médicament spécifique est prescrit par le médecin. Ils estiment également qu'ils devraient avoir un droit de regard sur les analyses de sang de leurs patients. Pour sa part, l'Absym considère que le médecin devrait pouvoir à l'avenir décider de déléguer certaines tâches à d'autres professionnels. S'ils sont sont bien formés.

L'administration de vaccins, notamment contre la grippe, est perçue par 62% des pharmaciens comme pouvant faire partie de leurs tâches. Ils veulent également savoir pour quelle indication un médicament spécifique est prescrit par le médecin. Ils estiment également qu'ils devraient avoir un droit de regard sur les analyses de sang de leurs patients. Pour sa part, l'Absym considère que le médecin devrait pouvoir à l'avenir décider de déléguer certaines tâches à d'autres professionnels. S'ils sont bien formés.

Dans le cadre de la formation du gouvernement régional, PS et Ecolo consultent les associations de la société civile. L'Absym se plaint de ne pas avoir été invitée. La Plateforme de première ligne wallonne (PPLW), présidée par le Dr Paul De Munck, a été consultée et a pu présenter ses messages-clés.

L'Absym annonce de grandes avancées en matière de financement des postes de garde. "Les craintes liées aux incertitudes budgétaires qui revenaient chaque année devraient trouver un apaisement."

Invité à participer au Pharma Executive Club pour discuter des relations entre les médecins et l'industrie pharmaceutique dans un environnement en pleine mutation, le Dr Gilbert Bejjani, président de l'Absym Bruxelles et secrétaire général de l'Absym, a insisté sur la nécessité de prendre soins de ses partenaires.

A 73 ans, Jacques de Toeuf prend une " retraite active " de ses activités syndicales à l'Absym dont il reste, avec Marc Moens et Roland Lemye, un des trois " présidents honoraires ". L'occasion pour le jdM de revenir sur près de 40 ans de défense de la profession. (Interview intégrale).