Tout sur Absym

D'aucun se plaisent à affirmer que " le GBO se montre obsédé par ce que l'on nomme pudiquement la "multidisciplinarité" ", celle-ci étant pour eux synonyme de la " marginalisation du médecin généraliste à la périphérie d'une nébuleuse de professionnels des soins de santé où les médecins généralistes perdront tout pouvoir de décision. ". Non, le GBO/Cartel ne s'enferme pas dans un corporatisme dépassé.

Marrie que les médecins ne sont pas suffisamment impliqués dans les décisions face à la pandémie, l'Absym a lancé avant les vacances de Noël, #SansVoix. L'objectif était de recueillir un maximum de voix de médecins. Mission accomplie alors que, en sitting devant le cabinet du ministre Vandenbroucke, l'Absym annonce avoir recueilli 5.000 signatures

L'Absym lance #sansVoix, un hashtag pour que les MG aient davantage leur mot à dire dans la politique contre le Covid-19 sur laquelle ils n'ont pas suffisamment prise. Les médecins spécialistes sont également invités à participer à cette " manif en ligne ". Est visé le ministre Vandenbroucke.

Le Dr Gilbert Bejjani estime que l'Absym a obtenu plusieurs mesures importantes pour les médecins dans l'accord médicomut 2022-2023 signé le 21 décembre. Le secrétaire général salue le travail de longue haleine des syndicats médicaux et invite ses confrères à soutenir leurs représentants.

Aussitôt au courant de l'avant-projet de loi, l'Absym a demandé au Premier et au ministre Vandenbroucke de renoncer à leur projet autorisant les pharmaciens à vacciner leurs clients contre le Covid-19. Le Cartel attendait de lire le texte tout en appelant à une collaboration entre MG et pharmaciens, ceux-ci pouvant, sous condition, administrer le vaccin.

Les discussions musclées, principalement visibles sur Twitter ce week-end, sur la vaccination contre le Covid-19 par les pharmaciens rappellent que l'Absym et le GBO défendent tous les deux une vision assez différente du rôle du médecin (lire LienVaccination Covid-19 par les pharmaciens: l'Absym pas en phase avec le Cartel/AADM/Lien).

L'Observatoire des maladies chroniques a décidé d'effectuer une évaluation (qualitative) de l'application du "pharmacien référent" pour les malades chroniques, au cours de la période 2019 - 2020 sur la base d'une enquête menée auprès desdits patients. L'enquête, menée avec la collaboration des coupoles d'associations de patients Luss et VPP, ne jauge pas les pharmaciens mais l'expérience vécue par les patients. Il en ressort une série de "points d'attention" comme le manque d'explications du pharmacien, le manque de consentement clair et de respect de la vie privée et même une interrogation sur la valeur ajoutée réelle de l'expérience.

Le Dr Roland Lemye, ancien président de l'Absym, publie un plaidoyer pour la vaccination contre le covid-19, soulignant qu'elle augmente notre liberté de mouvement plutôt que le contraire. MG à Charleroi, le Dr Lemye s'étonne de ce que ceux-là même qui refusent un vaccin pourtant administré à plusieurs milliards de gens sans conséquence néfaste acceptent de leur médecin traitant des médicaments aux effets secondaires bien plus importants. "C'est le virus qui est responsable des contraintes, pas le gouvernement."

L'Absym réagit aux propos récemment tenus par Dirk Devroey dans Knack. Le professeur de médecine générale à la VUB estime que les futurs généralistes doivent faire uniquement leurs stages dans des cabinets "modèles", sous-entendu des pratiques de groupe.

Interrogés par l'Absym à la demande de la Commission paritaire médecins-hôpitaux (CNPMH), il apparaît que les maîtres de stage craignent une perte de qualité due aux nouvelles conditions et les maîtres de stage périphériques ne sont pas totalement satisfaits de l'enregistrement du temps et du nouveau règlement concernant, entre autres, les services de garde et les jours de congé.

L'Absym réagit aux propos récemment tenus par Dirk Devroey dans Knack. Le professeur de médecine générale à la VUB estime que les futurs généralistes doivent faire uniquement leurs stages dans des cabinets " modèles ", sous-entendu les pratiques de groupe.

Domus Medica (la structure faîtière des généralistes flamands) a envoyé le 26 octobre aux autorités flamandes une lettre co-signée par une vingtaine d'organismes du secteur de la santé pour leur faire part de leur grande préoccupation face aux premiers signes annonciateurs d'une quatrième vague.

Notre ministre des Affaires sociales a confié à la presse (lire jdM 2689) son intention de réduire et ensuite de supprimer les "suppléments" d'honoraires - des médecins, bien entendu. Il confirme ainsi une fois de plus les dispositions qu'il a fait inscrire dans la Déclaration gouvernementale.

En annonçant vouloir ouvrir la vaccination contre le Covid-19 aux pharmaciens, le ministre de la Santé s'attire les foudres de certains médecins. En attendant, le testing des patients symptomatiques sera possible, et remboursé, en officine, sans doute dès novembre.

Le syndicat médical s'oppose fermement à la proposition du ministre Vandenbroucke d'autoriser les pharmaciens à administrer le vaccin Covid dans leur officine. "C'est une véritable gifle aux médecins".

L'Observatoire sociale européen (OSE) propose d'étendre le tiers payant à tous les soins ambulatoires et d'accorder automatiquement l'intervention majorée afin d'améliorer l'accès aux soins aux personnes à faible revenu. L'ensemble des mesures doivent toutefois maintenir l'équilibre au sein du système entre assurés ordinaires et précaires. Frank Vandenbroucke, qui a réceptionné le rapport plébiscite une autre proposition de l'OSE: l'abaissement du plafond du MàF à 250 euros.

Homme de l'ombre, le Dr Luc Herry succède au scintillant Dr Philippe Devos à la tête de l'Absym dont il termine le mandat jusqu'en mai prochain. Une présidence de transition qui pourrait toutefois être chaude. A la clé: le budget (voté ce lundi, lire page 2), l'amélioration du fonctionnement interne du syndicat médical, le refinancement des syndicats et le rattrapage de la baisse des dépenses et des honoraires des médecins due à la pandémie et comment sortir de celle-ci et, enfin, des élections médicales plus équitables pour l'Absym et le Cartel vs AADM.

Homme de l'ombre, le Dr Luc Herry succède au scintillant Dr Philippe Devos à la tête de l'Absym dont il termine le mandat jusqu'en mai prochain. Une présidence de transition qui pourrait toutefois être chaude. A la clé: le budget (voté ce lundi, lire page 2), l'amélioration du fonctionnement interne du syndicat médical, le refinancement des syndicats et le rattrapage de la baisse des dépenses et des honoraires des médecins due à la pandémie et comment sortir de celle-ci et, enfin, des élections médicales plus équitables pour l'Absym et le Cartel vs AADM.