Tout sur Absym

L'Absym (rejointe par le GBO) a recommandé la semaine dernière de modifier le calendrier de vaccinations covid par groupe à risques pour un calendrier par groupes d'âge qui n'aurait que des avantages, selon le syndicat. Frank Vandenbroucke affirme que le choix de vacciner en priorité les personnes présentant des comorbidités entre 18 et 64 ans, après le groupe des plus de 65 ans, a été fait par la Conférence interministérielle Santé publique et que les médecins sont impliqués via la médico-mut.

La Mutualité chrétienne (MC) veut limiter les revenus des médecins à 290.000 euros bruts par an, dans le cadre d'une réflexion sur une rémunération raisonnable et responsable des médecins, a-t-elle fait savoir dans un entretien à La Libre. L'Absym ne voit pas d'autres manoeuvres que la volonté de saboter la négociation médico-mutualiste actuellement en cours sur la réforme de la nomenclature et les honoraires "réels".

Le syndicat médical estime que les autorités compliquent bien trop les choses dans le choix des citoyens qu'elles comptent appeler à se faire vacciner contre le Covid-19. "On perd un temps précieux et on risque ainsi de voir surgir des tensions en raison de la priorisation qui ne sera pas acceptée. L'âge est une donnée objective. Ce critère est le meilleur choix pour vacciner. "

C'est ce que défend l'Absym. Le syndicat est régulièrement interpellé par des médecins généralistes exerçant dans des régions à faible densité de population qui se plaignent de la durée des déplacements pendant la garde, liée à la dispersion de l'habitat. Pour répondre à leurs préoccupations, l'Absym a rédigé une proposition visant à prévoir dans la nomenclature une indemnité horokilométrique supplémentaire pour les déplacements de longue durée pendant la garde.

Qualifié un temps de " drama queen " par une Maggie De Block un peu à côté de ses pompes, le président de l'Absym, le Dr Philippe Devos, a fait ce 22 janvier une allocution remarquée à la Commission spéciale Covid-19 de la Chambre. Il souligne l'impéritie générale de l'appareil de pouvoir en Belgique, les retards à l'allumage, la lenteur des réactions et le manque total d'anticipation. C'est ce qu'on appelle mettre les pieds dans le plat.

Philippe Devos, président de l'Absym, espère signer un accord médico-mut pour un an à la fin de cette année. Mais les trois syndicats proposent des options très différentes. Pour lui, les honoraires des médecins ne peuvent compenser le manque à gagner des hôpitaux pendant la pandémie. L'accréditation doit être distincte du volume d'activités. La téléconsultation doit être étendue. Les médecins en formation sont encore mal traités financièrement et socialement.

L'Absym demande au ministre Vandenbroucke de se constituer partie civile dans tous les cas de violence à l'encontre des médecins. Le syndicat rappelle qu'une enquête du journal du Médecin révèle que 67% des médecins généralistes estiment que le gouvernement n'en fait pas assez pour résoudre ce problème.

Le comité Hospital & Transport Surge Capacity (HTSC) a autorisé le 27 novembre les hôpitaux à redémarrer les admissions classiques et les hospitalisations de jour qui ne doivent pas faire appel aux soins intensifs.

Le comité Hospital & Transport Surge Capacity (HTSC) a autorisé le 27 novembre les hôpitaux à redémarrer les admissions classiques et les hospitalisations de jour qui ne doivent pas faire appel aux soins intensifs.

Le ministre de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, a annoncé la semaine dernière des moyens supplémentaires pour les hôpitaux, les médecins généralistes et la santé mentale. Une initiative saluée par les syndicats médicaux même si toutes leurs demandes n'ont pas été accordées.

Le passage des hôpitaux en phase 2a à partir du 2 novembre va obliger de nombreux médecins à arrêter leurs activités. Or depuis la 1ère vague, ils attendent toujours une indemnité financière. L'Absym demande au ministre Vandenbroucke de faire le nécessaire.

Lundi, la délégation de l'Absym s'est abstenue de voter pour la proposition de budget 2021 au Comité de l'assurance. Le syndicat médical voulait voter exclusivement l'objectif budgétaire en lui-même, et non la note de politique des mutualités qui était également soumise au vote.

Le journal du Médecin/Artsenkrant veulent grâce à cette enquête évaluer la consommation ou parfois l'abus de substances psychoactives par les professionnels des soins de santé. En 2021, ce thème reste malheureusement difficile à aborder, en raison de la honte et de la stigmatisation.

Pour pouvoir participer aux concours du JM-club et avoir une chance de remporter un des prix, il faut être membre du Club du Journal du Médecin.