Tout sur Absym

Des généralistes qui prennent en charge des patients inscrits dans une maison médicale dans leur zone de soins ont du mal à percevoir leurs honoraires lorsque le patient est bénéficiaire d'une intervention majorée et qu'il y a obligation d'appliquer le tiers-payant. L'Absym estime que la maison médicale doit payer. La Fédération des maisons médicales propose au contraire que les mutuelles remboursent le médecin... mais reconnaît que cette situation doit cesser.

Découvrez le reportage consacré au Prix du Spécialiste de l'année 2018, remis samedi 24 novembre, par la ministre De Block au Dr Gilbert Bejjani (Chirec, Absym) et au Pr Greta Dereymaeker.

Le 25 octobre, le Collège de médecine générale francophone a été constitué sous forme d'ASBL. Le chemin parcouru pour aboutir à sa création a été parsemé de difficultés, la plupart liées à une perception par certaines des parties constitutives de l'image de l'Absym comme étant un syndicat entièrement inféodé à la médecine spécialisée.

C'est l'idée de Jacques de Toeuf, vice-président de l'Absym. Il en a parlé à son bureau fédéral et en médicomut lundi soir. " Ce à quoi je pense, c'est un plan pluriannuel sur trois ans axé autour des 160 millions nécessaire pour booster la consultation à 30 euros soit en ponctionnant ce qui est nécessaire sur la masse d'index soit en le prenant sur une partie des prestations techniques ", expliquait-il avant la médico-mut de lundi. Depuis, on en sait un peu plus. La consultation ordinaire à 30 euros reste d'actualité.

C'est l'idée de Jacques de Toeuf, vice-président de l'Absym. " Ce à quoi je pense, c'est un plan pluriannuel sur trois ans axé autour des 160 millions nécessaire pour booster la consultation à 30 euros soit en ponctionnant ce qui est nécessaire sur la masse d'index soit en le prenant sur une partie des prestations techniques."

Le Modes (Monde des spécialistes - GBO - Cartel) s'oppose vigoureusement à la vision du Cium (conseil interuniversitaire des étudiants en médecine) qui s'était associé récemment à l'Absym pour réclamer ce que le Modes apparente à un "numerus fixus". Le Modes estime que cela revient à une double peine alors qu'on importera encore plus de médecins étrangers pour faire face à la pénurie.

Alors que le Cium et l'Absym exigeaient mardi un numerus fixus unique pour les étudiants de la cohorte qui a réussi l'examen d'entrée cet été après les années de bachelier, avec des passerelles vers des domaines autres que la médecine, c'est à la Fef de se manifester mercredi. Pour la Fédération des Etudiants francophones, cette proposition est une "fausse bonne idée" et "le problème n'est pas tant la forme de la sélection, mais bien l'existence de quotas limités de numéros Inami".

Dans le cadre des élections communales et provinciales du 14 octobre 2018, l'Absym interpelle les futurs élus sur des problématiques locales : organisation de la première ligne, mobilité et sécurité des médecins et double taxe sur les cabinets médicaux.

" Dans un contexte électoral difficile où le démarrage a été problématique suite au bug informatique sur la plateforme de l'Inami, l'ensemble des voix permet d'augmenter la légitimité et la représentativité du Cartel en médecine générale (40% des votants) ", communique le groupement (ASGB, GBO, MoDeS) .

Le verdict est tombé. Après un faux départ, les élections médicales se sont terminées mardi à minuit. Les syndicats se sont bien défendus durant une campagne riche et animée, mais les votants ont manqué à l'appel. Seuls 12.139 médecins ont participé à ce scrutin, nettement moins que lors des dernières élections, soit 23,9%. En 2014, 37,4% des médecins avaient voté.

Il n'y a toujours pas de règlement fiscal pour le statut social des médecins qui poursuivent leur carrière après l'âge de la pension, pointe l'Absym à l'occasion des 50 ans de la caisse de prévoyance Amonis et ses résultats exceptionnels. Or, les médecins âgés constituent une poire pour la soif face aux pénuries notamment en médecine générale.

La campagne électorale a basculé vers le dénigrement, les attaques infondées, le déni des faits, la manipulation. Ces techniques sont bien connues et ressortent de la manipulation de l'opinion. Il en va ainsi dans une récente tribune de mon excellent confrère De Munck, qui, faute d'arguments positifs à présenter, sans doute, laisse transpirer une animosité plus que déplaisante. Trop c'est trop.

Les 50.612 médecins inscrits sur la liste électorale devront choisir entre l'Association belge des syndicats médicaux (Absym), le Cartel regroupant l'ASGB, le GBO et Modes ainsi que l'Alliance Avenir des Médecins (AADM). Le vote, qui est secret, se tiendra uniquement sous forme électronique, via l'application de l'Inami.

Cette année, notre concours d'été est consacré à l'art. En partenariat avec ART-Gallery.be, nous vous présenterons quatre oeuvres, les 2, 9 juillet, 20 et 27 août. Chaque semaine, vous pourrez participer au concours en répondant aux questions pour gagner un an de location d'une de ces oeuvres. Vous avez jusqu'au 15 septembre pour répondre aux questions.

Grâce aux MG, on a évité la catastrophe ! - Nous avons dû trouver beaucoup de réponses par nous-mêmes - Il a fallu improviser très rapidement