Tout sur USA

MONALEESA-3 : Le ribociclib étend l'endocrinothérapie au traitement de première intention dans le cancer du sein avancé

Le traitement associant le ribociclib, un inhibiteur de CDK4/6 (kinases 4 et 6 dépendantes de la cycline), et le fulvestrant a entraîné une amélioration de 28 % de la survie globale (SG) par rapport à l'association placebo + fulvestrant dans le traitement de patientes en postménopause atteintes d'un cancer du sein Her2-négatif de stade avancé, avec récepteurs hormonaux positifs (médiane de la SG non atteinte pour ribociclib+fulvestrant vs 40,0 mois pour placebo+fulvestrant ; HR=0,724 ; P<0,00455).

Supériorité de l'atézolizumab en monothérapie sur la chimiothérapie sur le plan de la survie globale de patients atteints d'un CBNPC sélectionnés sur la base du PD-L1

L'atézolizumab (atézo) en monothérapie a significativement amélioré la survie globale (SG) par rapport à la chimiothérapie à base de platine (chimio) chez des patients atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC), de type épidermoïde ou non épidermoïde, de stade IV dont les cellules tumorales ou les cellules immunitaires infiltrant les tumeurs exprimaient des taux élevés de la molécule checkpoint immunitaire PD-L1. L'atézo a également produit des améliorations cliniquement significatives de la survie sans progression, du taux de réponse objective et de la durée de la réponse en comparaison avec la chimiothérapie.

In the pipeline

Sous cette rubrique le BOhN veut vous informer des découvertes précliniques ou des tout débuts du développement d'une ou plusieurs molécules. Ou de leur fin. Ce sera peut-être l'oncologie ou l'hématologie de demain. Ou pas. Dans cette édition nous nous intéresserons en particulier à l'approbation de médicaments par la FDA aux USA et l'EMA dans l'UE.

Burnout, assistants en urologie et Aristote

Après une courte hibernation, les écrans bleus des grands congrès internationaux et belges se sont rallumés, de quoi faire carton plein d'informations fraîches et inédites pour ce numéro d'avril. Nous irons ainsi à Barcelone pour Le rendez-vous de l'urologie européenne où la testostérone reprend vigueur dans le cancer de la prostate, belle controverse en perspective. Plus proche de nous, les congrès des sociétés belges de gastro-entérologie et d'oncologie médicale nous rassurent sur la pérennité de la recherche made in Belgium.

Risque de suicide chez les survivants d'un cancer de la tête et du cou

Le taux de mortalité par suicide chez les survivants d'un cancer de la tête et du cou est deux fois plus élevé que le taux de mortalité par suicide regroupé chez les survivants de 19 autres cancers pris en compte. Seul le taux de suicide chez les survivants du cancer du pancréas était supérieur à celui des survivants du cancer de la tête et du cou.

Agenda :