Tout sur traitement

Lors de la réunion du BGDO consacrée aux " Updates on lower GI tumours ", le Pr Marc Peeters (UZ Antwerpen) a évoqué les différents facteurs à prendre en compte lors du choix d'une chimiothérapie adjuvante dans le carcinome colique (CCR) de stade II-III.

Le congrès annuel du BGDO, dont l'édition virtuelle s'est déroulée le 9 janvier dernier, a été l'occasion pour une série d'experts belges et étrangers d'aborder divers aspects du cancer du rectum. Le congrès a été introduit par le président du BGDO, le Pr Marc Peeters de l'UZ Antwerpen.

La 3e réunion nationale de l'ImmunoScience Academy (ISA) du 16 décembre 2020 a été bouleversée par la pandémie de coronavirus et s'est tenue en ligne pour la première fois. Des orateurs belges et luxembourgeois de différents domaines thérapeutiques y ont présenté des exposés éducatifs axés sur les défis médicaux actuels. Avec plus de 250 médecins participants, l'édition virtuelle de l'ISA 2020 a remporté un franc succès. En voici un bref compte rendu.

L'Union Européenne a récemment approuvé une nouvelle indication pour l'atézolizumab, un anticorps anti-PDL-1 (Tecentriq), à savoir le traitement des patients adultes atteints d'un carcinome hépatocellulaire (HCC) avancé ou non résécable qui n'ont reçu aucune thérapie systémique antérieure. Cette nouvelle option thérapeutique pour le traitement du HCC est remboursée en Belgique également.

Le Dr Kristof Muylle (médecine nucléaire - UZ Brussel) s'est penché sur le rôle du PSMA PET-scan aux différents stades du cancer de la prostate (CP). L'étude proPSMA a montré que le PSMA PET-scan est plus précis que l'imagerie conventionnelle dans la stadification ganglionnaire chez les hommes atteints d'un CP à haut risque. Par rapport à l'imagerie conventionnelle, le PSMA PET-scan a donné lieu à davantage de modifications du plan de traitement du patient et à moins d'observations ambiguës.

Pour la définition des oligométastases, le Pr Bertrand Tombal (onco-urologue, UCL - Bruxelles) a renvoyé à la recommandation de consensus de l'ESTRO/EORTC, publiée par Guckenberger dans Lancet Oncology. Mais il a indiqué qu'en pratique clinique, le terme est utilisé pour un patient avec un petit nombre de métastases pour lesquels il a étudié l'opportunité d'un traitement systémique ou d'un traitement axé sur les métastases (MDT).

L'analyse finale de l'étude randomisée de phase III, LYSA AHL2011, à laquelle a pris part la Belgique, a montré que les patients porteurs d'un lymphome de Hodgkin à un stade avancé ayant un PET-scan négatif après 2 BEACOPP escaladé (PET2 -) pouvaient être placés sous ABVD (4 cycles) sans que cela n'altère le niveau de contrôle par rapport au traitement classique par 6 BEACOPP escaladé.

La prise en charge thérapeutique en 1re intention des NSCLC avec atteinte des ganglions (N2) médiastinaux homolatéraux ou sous-carénaires reste sujette à discussion. Trois spécialistes donnent leur avis: un chirurgien, un radiothérapeute et un oncologue.

Le Pr Ahmad Hussein Awada (Institut Jules Bordet - Bruxelles) nous a accordé une interview à propos des nouveaux développements et de l'importance de la médecine de précision en oncologie. Il estime que tous les oncologues doivent connaître l'arsenal thérapeutique et souhaite ajouter la médecine de précision dans leur formation, car leur place ne va faire qu'augmenter en pratique oncologique.

Le daratumumab est un anticorps monoclonal anti-CD38 qui a fait ses preuves dans divers schémas de traitement des myélomes multiples (MM). Il existe désormais une formulation sous-cutanée (SC) qui a démontré sa non-infériorité par rapport à la formulation IV en termes de pharmacocinétique et d'efficacité. Elle engendre moins de réactions lors des injections et autorise des injections de bien moindre durée.

L'American Society of Hematology (ASH) vient aussi de passer avec succès l'épreuve des congrès médicaux virtuels. Une première puisque cette réunion annuelle figurait parmi les derniers congrès d'envergure internationale à s'être déroulés de façon traditionnelle.

Lors de l'ESMO 2020, une session passionnante a été consacrée aux problèmes gériatriques en oncologie, en collaboration avec la SIOG (Société internationale d'Oncologie gériatrique). Plusieurs orateurs ont examiné les problèmes spécifiques liés à l'âge des patients cancéreux âgés et ont abordé la nécessité d'une évaluation gériatrique et d'interventions ciblées.

Lors de l'ESMO 2020, une session passionnante a été consacrée aux problèmes gériatriques en oncologie, en collaboration avec la SIOG (Société internationale d'Oncologie gériatrique). Plusieurs orateurs ont examiné les problèmes spécifiques liés à l'âge des patients cancéreux âgés et ont abordé la nécessité d'une évaluation gériatrique et d'interventions ciblées.

Nous abordons ici une sélection de nouvelles données dans le domaine du cancer de la prostate, de la vessie et du rein, présentées et commentées en direct lors du congrès virtuel 2020 de l'ESMO.

Parmi les nombreuses présentations passionnantes de ce congrès, épinglons les résultats d'études sur l'association d'inhibiteurs de points de contrôle immunitaire et de (chimio)radiothérapie dans les tumeurs de la tête et du cou localement avancées, ainsi qu'une mise à jour de l'étude Debio 1143. Sans oublier d'impressionnants résultats dans le domaine de l'immunothérapie néoadjuvante.