Tout sur RT

Parmi les nombreuses présentations passionnantes de ce congrès, épinglons les résultats d'études sur l'association d'inhibiteurs de points de contrôle immunitaire et de (chimio)radiothérapie dans les tumeurs de la tête et du cou localement avancées, ainsi qu'une mise à jour de l'étude Debio 1143. Sans oublier d'impressionnants résultats dans le domaine de l'immunothérapie néoadjuvante.

IMMUNOTHÉRAPIE Environ 30% des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (NLCLC) sont diagnostiqués à un stade localement avancé. La chimio-radiothérapie constitue le standard de traitement sur base de données provenant d'essais cliniques menés dans des populations sélectionnées.

Dans cette étude randomisée de phase 3 impliquant des patients atteints d'un carcinome nasopharyngé de stade II, 114 patients ont été traités par radiothérapie seule (= le groupe RT : traité par une dose thérapeutique cumulée de 68-70 Gy au niveau de la tumeur primaire et 60-62 Gy au niveau de la région du cou concernée), et 116 par chimio-radiothérapie (= le groupe CRT : administration de cisplatine à une dose de 30 mg/m² par semaine, pendant la radiothérapie).