Tout sur PARP

La Pr Kathleen Claes (Centre de Génétique médicale - UGent) a abordé les facteurs exogènes (rayons UV et tabagisme, par ex.) et endogènes (modifications chimiques et erreurs de réplication, e.a.) susceptibles de provoquer des dommages à l'ADN qui, en cas de réparation incomplète, peuvent mener à des mutations et de là à un cancer. Pour y remédier, il y a les mécanismes de réparation des dommages à l'ADN (DDR) et de réparation des mésappariements (MMR). La réparation par excision de base (BER), la jonction d'extrémités non homologues (NHEJ) et les mécanismes de recombinaison homologue en sont des exemples ; ces deux derniers permettent de réparer plus efficacement les dommages causés à l'ADN.

Les inhibiteurs de PARP (PARPi) constituent des molécules très efficaces qui empêchent la réparation de l'ADN. Le rucaparib a été évalué chez des patientes ayant déjà reçu différentes lignes de traitement.