Tout sur Journal of the National Cancer Institute

Les femmes qui ont suivi un traitement de l'infertilité dans le passé, comme une fécondation in vitro (FIV), ne sont pas exposées à un risque plus élevé de développer un cancer de l'ovaire que les femmes qui ont suivi un autre traitement contre l'infertilité. Y compris à long terme, après plus de vingt ans. Le risque de tumeur borderline de l'ovaire est toutefois légèrement supérieur chez les femmes qui ont subi une FIV.

L'utilisation d'aspirine ≥ 6 fois par semaine pendant ≥ 6 mois est associée à une réduction de 10% du risque de cancer de l'ovaire. L'utilisation d'aspirine, d'AINS ou d'acétaminophène pendant ≥ 4 jours par semaine n'est pas associée à un risque réduit.

Les patients présentant des types spécifiques de néoplasmes lymphoïdes primaires présentent un risque accru de développer par la suite un mélanome cutané, l'inverse étant également vrai. La survenue d'une deuxième tumeur maligne primaire est associée à un risque accru de mortalité.