Tout sur CEI

Jusqu'à 30 % des patients atteints d'un lymphome de Hodgkin classique (LHc) à un stade avancé (SA) ne guérissent pas sous les traitements de première intention actuels. Une forte expression de PD-L1 chez ces patients et de fréquentes mutations génétiques dans les cellules de Hodgkin et de Reed-Sternberg justifient l'évaluation de l'inhibition de PD-1 dans le lymphome de Hodgkin classique. En 2017, l'étude CheckMate 205 Cohort D rapportait, après un suivi de 9 mois, une activité prometteuse assortie d'une sécurité acceptable chez des patients nouvellement diagnostiqués avec un lymphome de Hodgkin classique à un stade avancé.

Le zanubrutinib est un inhibiteur sélectif et irréversible de la BTK qui a déjà démontré une forte inhibition de la BTK dans le cadre d'études antérieures, ainsi qu'une inhibition minimale d'autres kinases. Le Pr Dr Y. Song (Peking University Cancer Hospital) a présenté les résultats de sécurité et d'efficacité d'une étude de phase II avec le zanubrutinib chez des patients atteints d'un lymphome à cellules du manteau récidivant/réfractaire (LCM R/R).

La survie à cinq ans des enfants et des AJA (adolescents et jeunes adultes) s'élève à 80 %, tous types de cancers confondus. En Europe, cela correspond à un demi-million de personnes survivant au cancer à un jeune âge. Des effets tardifs se manifesteront chez deux jeunes sur trois, et s'avèreront graves pour la moitié d'entre eux.