Tout sur cancer du rein

Le Pr Bertrand Tombal, chef du service d'Urologie aux Cliniques Saint-Luc (UCL, Bruxelles) et président de l'EORTC, a sélectionné de nouvelles données qui devraient changer la pratique clinique à court terme.

La première réunion virtuelle post-ASCO GU 2021 s'est tenue le 20 avril 2021 depuis les studios de Roularta Healthcare. D'éminents orateurs tant nationaux qu'internationaux ont donné un aperçu des temps forts de l'ASCO GU 2021 dans leur domaine d'expertise. Ce compte rendu est un résumé de leurs interventions.

Le huitième Belgian Multidisciplinary meeting on Urological Cancers (BMUC) s'est tenu de manière virtuelle le samedi 6 mars 2021, ce qui a permis à d'éminents orateurs internationaux de prendre également part à la réunion. Avec plus de 300 participants en ligne, cette édition fut un grand succès. Le présent compte rendu se limite à résumer les sessions consacrées aux cancers du rein, de la vessie et des testicules.

Le Pr Albersen (Louvain, Belgique) a entamé son exposé par un bref retour en arrière. Plusieurs études rétrospectives ont montré que la néphrectomie cytoréductrice offrait un avantage en termes de survie chez les patients atteints d'un carcinome à cellules rénales métastasé traités par cytokines et, à un stade ultérieur, par inhibiteurs de la tyrosine kinase.

Les traitements combinés impliquant un inhibiteur du checkpoint associé soit à un inhibiteur du facteur de croissance de l'endothélium vasculaire (IO-VEGF), soit à un inhibiteur du CTLA-4 sont devenus la nouvelle norme dans le cadre du traitement de 1re ligne du carcinome à cellules claires du rein à risque intermédiaire et élevé. Ceci se base sur les études Keynote 426 et Checkmate 214, qui ont toutes les deux indiqué un avantage en termes de survie. Explications du Pr Bex (Londres, UK).

Lors de la réunion de printemps des Scientific Summits, le vendredi 5 juin, les Prs Maarten Albersen et Axel Bex ont commenté les nouvelles données les plus importantes au sujet du cancer du rein.

Le Dr Michiel Strijbos, oncologue médical au GZA Antwerpen, ramène les points forts de l'ASCO GU en matière de cancer du rein à deux études. " Ces deux études présentent un beau raisonnement scientifique et ont obtenu des résultats suffisamment significatifs en termes d'efficacité et de toxicité ", nous confie le Dr Strijbos.